Test des frontales Go’Lum Piom et Piom+

0

Quand on entend parler de Go’Lum, on pense tout de suite au personnage du Seigneur des Anneaux…
Dorénavant, vous penserez Frontale Française haute performance.

Un peu d’histoire…pour comprendre la naissance de Go’Lum

Située à Lyon, ville des Lumières, Go’Lum est née d’une relation entre deux amis rencontrés à l’âge du lycée. 15 ans plus tard et des expériences d’ingénieur R&D et lampes frontales déjà pour Fabien, des fonctions commerciales et marketing pour Adrien, les voilà réunis un jour de l’an. Fabien, connaissant les démangeaisons entrepreneuriales d’Adrien, lui gratte un mot – comme ça l’air de rien – d’une idée sur laquelle il est en train de cogiter : des lampes frontales performantes et innovantes pour sportifs outdoor. Adrien, sportif touche à tout depuis tout petit (tennis, tir à l’arc -si si c’est un sport-, hand, plongée, ski, escalade, spéléo, …), a tout de suite été emballé. C’est ainsi que la plus éclairée des aventures est née !

Ce sont de véritables illuminés ! Ils nous proposent les frontales de nos rêves, et sont dans la recherche permanente pour obtenir la meilleure formule puissance / autonomie / légèreté.

Marque de lampes frontales performantes, innovantes – technologie Go’Lum intelligent lighting – co-fabrique ses produits avec les retours de ses utilisateurs, pour des sportifs exigeants et éclairés. Leur priorité est la qualité mais ils s’interrogent également sur des choix responsables sociétaux et environnementaux :

    • Les lampes sont développées, conçues et fabriquées en France -> les cartes électroniques sont faites en Savoie, l’assemblage en Seine-Maritime,
    • partenariat avec un ESAT (centre d’aide par le travail réservé aux personnes en situation de handicap) -> conditionnement et expédition en Seine-Maritime,
    • Pour chaque frontale achetée, un arbre est planté
    • Go’Lum collecte et retraite leurs batteries usagées.

Un peu de technique pour obtenir une Go’Lum ultra performante

Le moins qu’on puisse dire, c’est  que Fabien et Adrien ont poussé la réflexion hyper loin pour aboutir à ces Go’Lum Piom et Piom+. Le rendu est beau, costaud  avec un boitier aluminium et bluffant de performance avec une puissance de 1000 lumens et une très bonne autonomie.

Chaque détail a été étudié, pour vraiment tirer le meilleur. si vous voulez en savoir plus je vous invite à lire leur page qui répondra à la moindre question que vous vous posez sur leur choix.

Les Go’Lum Piom et Piom+ sont alimentées avec des batteries  lithium-ion de type 18650. Ces batteries sont très standard afin de limiter les coûts et avoir un poids raisonnable. Dans le pack vous trouverez deux batteries, ce qui permet de se conformer aux règlements de certains grands Ultra Trail.

Go'lumNiveau puissance, les Led délivrent jusqu’à 1000 Lumens. Bref on y voit comme en plein jour.
Bien entendu ces Go’Lum disposent de plusieurs modes d’intensité d’éclairage : 80/160/300/500/1000 lumens,
L’autonomie est fonction bien évidement de la puissance souhaitée et varie de 35h en mode 80 lumens à 1h40 en 1000 Lumens.

A ces différents modes de puissance, s’ajoutent un mode sécurité rouge fixe, rouge clignotant ou blanc clignotant ainsi qu’un mode économie d’énergie permettant de tenir 200h.

Quelle différence entre la Piom et la Piom +

la différence tient dans l’ajout d’un accéléromètre sur la Piom+ qui permettra d’obtenir une intensité en fonction de votre vitesse de déplacement, mais ne vous inquiétez pas, quand vous êtes à l’arrêt, la Piom+ éclaire quand même et délivre 60 lumens. Il suffit de courir ou de rouler pour que l’intensité augmente progressivement, sans temps de latence.

L’algorithme a été réalisé pour délivrer assez d’intensité même à faible allure, en effet il prend en compte votre oscillation. Donc si vous êtes en trail en train de grimper une pente bien raide à 2 km/h vous serez éclairés. Et quand bien même cela ne vous convient pas, il suffit d’un appui sur un interrupteur pour repasser en mode fixe. J’ai été bluffé par ce mode,  quand le terrain était plat, la Piom+ délivrait une puissance entre 160-300 lumens  et lorsque j’ai emprunté un single en montagne russe, j’ai de suite vu la différence, l’éclairage est ensuite progressivement revenu à la normale  sur le terrain plat.

Elles donnent quoi sur le terrain ces Go’Lum???

Go'LumJe les ai comparées à ma Nao, qui est pour moi « La Référence » en terme de puissance et de marque.
Ces Go’Lum sont plus légères, le poids est sur l’avant, mais cela est raisonnable. Pour rappel sur la Nao, seul le boitier plastique d’éclairage se trouve devant, relié à la batterie par un cordon qui se trouve sur le côté.
Bref on peut si accrocher.

Le bouton poussoir pour allumer les Pioms peut se positionner à droite comme à gauche, il suffit juste de désolidariser la lampe du cordon et d’inverser le sens. C’est assez pratique, surtout quand on est gaucher.
L’ajustement du faisceau est rapide, et le passage d’un mode d’éclairage à un autre est très simple. Même mon dernier de 2 ans et demi a réussi à la faire fonctionner.
Pour ce qui est du passage en mode sécurité ou économique, non pas que cela soit difficile mais il faut se rappeler du nombre d’appuis à effectuer sur l’interrupteur. Je ne suis pas sûr qu’après 3-4 heure de course je sois encore lucide…

Pas de réglage à faire sur l’ordinateur ou le téléphone. Ni de profil à créer, comme on peut le faire avec la Nao. Mais 5 modes : 80/160/300/500/1000 lumens.
Personnellement, avec 300 lumens on est très bien pour courir de nuit, ce qui donne une autonomie de 7h environ. On est au dessus de l’autonomie annoncé de la Nao.
Go'LumNiveau changement de batterie, c’est simple, on dévisse, on change, on referme. Pour la recharge c’est rapide et avec le chargeur PowerBank vous pouvez également recharger vos appareils en USB.

Au final si je dois départager la Nao et les Piom en mode constant (à une intensité fixe) le choix sera difficile. Le boitier Alu pourra rassurer les plus baroudeurs et les brises fer, comparé au plastique de la Nao.

Par contre, un point ou la Piom+ se démarque et qui me fait basculer vers ce choix, c’est le mode à intensités variables. Avec la Nao, la régulation se fait en fonction de la luminosité ambiante. Quand vous rattrapez un coureur, la Nao baisse alors l’intensité, 2 secondes plus tard vous êtes décalés et vous vous retrouvez dans le noir car votre frontale n’éclaire plus assez. Il lui faut environ 2 secondes pour repasser à la bonne intensité. Bref cette latence engendre une fatigue oculaire et cela en devient « chiant ».
Même inconvénient quand vous courez sur route, qu’une voiture arrive face à vous, la Nao baisse son intensité et vous n’y  voyez plus rien, en prime vous êtes éblouis par la voiture…

Avec la Go’Lum Piom+, vous ne rencontrerez pas ces problèmes. Il n’y a pas de latence car la variation d’intensité s’effectue en fonction de votre vitesse. Autre bonne nouvelle, plus vous allez vite plus vous avez besoin de puissance d’éclairage, plus la Go’Lum éclaire fort. Bref j’ai été conquis par ce mode que ce soit pour la course à pied ou le vélo.

Pour conclure :

J’ai été séduit par ce petit monstre du Seigneur des Anneaux
Plus sérieusement, je pense que Go’Lum gagne à être connue et trouvera rapidement son public, surtout chez les Ultra Traileurs.
Le prix est élevé, mais ces Go’Lum  le valent largement. Le boitier Aluminium leurs confère une grande durée de vie, et elles vous accompagneront un bon paquet d’années.
Seules les batteries seront à changer, on les trouve pour une dizaine d’euros sur Amazon…
Au niveau des améliorations possibles. Je verrai bien un support casque ou vélo, ce qui permettrait de gagner en confort, mais rien d’autre.

Se rendre sur le site Go’Lum 

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :