St-Yorre … ça va fort !

0

St YorreQui n’a jamais prêté attention à ce slogan ? Et qui plus est, en tant que coureur, que ce soit sur route ou sur chemin, pour qui c’est devenu un élément incontournable d’un ravitaillement de qualité. Zoom sur cette boisson et son intérêt dans la pratique de la course à pied.

St-Yorre, qui es tu ?

St-Yorre est une eau minérale naturelle (à distinguer d’une eau de source), dont la composition est stable dans le temps. Elle est naturellement gazeuse, c’est à dire qu’elle n’est pas à posteriori renforcée en gaz carbonique. Ce gaz présent naturellement dans la St-Yorre est le résultat de la rencontre de l’eau avec du dioxyde de carbone d’origine magmatique. Et si ce mot magma fait référence dans votre tête au vocabulaire inhérent au volcanisme, vous voyez juste car géographiquement la St-Yorre est puisée en Auvergne, THE place to be des volcans !

On dit qu’une eau est riche en minéraux si il y a plus d’1g de minéraux par litre. Or dans la St-Yorre, il y en a plus de 4g par litre (4774 mg par litre exactement).

Si on y trouve des sels minéraux tels que potassium, sodium (important pour fixer l’eau) ou calcium, notre attention est focalisée sur la présence en forte de dose de bicarbonate.

 

Attention, rien à voir avec le bicarbonate de soude, on parle bien ici du bicarbonate de sodium, présent à hauteur de 4,3g par litre (pour comparaison, 2,9 dans Vichy Célestins, 2,1 dans Arvie). Quel intérêt ?

Le bicarbonate réduit l’acidité dans le corps. Vous comprendrez alors mieux pourquoi une eau bicarbonatée est conseillée pour apaiser la digestion ou après un effort sportif. Un repas trop acide ou bien les acides lactiques produits par les muscles sont mauvais pour le corps et cela nécessite d’être régulé.

Reconnaissable à son goût salé, la St-Yorre est néanmoins à distinguer d’une simple eau salée (Chlorure de sodium). Le sodium joue un rôle dans la physiologique des cellules, en consommer est donc nécessaire. Le bicarbonate de sodium n’a pas par contre pas les mêmes effets hypertenseurs que le sel.

 

St-Yorre en course à pieds ?

Idéale pour compenser les effets de la sudation, l’utilisation de cette eau bicarbonatée permet donc également de lutter contre l’acidité musculaire (responsable de la fatigue musculaire).

Et mieux encore qu’une simple utilisation pendant l’effort, un apport régulier en amont de l’effort semble avoir un impact sur la performance elle-même et pour la récupération.

Pour ceux ou celles qui craindraient des ballonnements (alors que ce n’est pas clairement pas lié car le gaz s’échappe par éructation avant d’arriver dans l’organisme) liés à la prise d’une boisson gazeuse à l’effort ou bien pour éviter les méfaits d’une boisson gazeuse dans une flasque souple …. pensez à dé-gazéifier la St-Yorre en laissant ouverte la bouteille toute une nuit par exemple ! Enlever le gaz ne modifie pas les avantages de la boisson.

Avant, pendant, après. St-Yorre semble donc le must-have ou plutôt le must-drink de tout coureur. Pas étonnant donc de voir cette marque devenir partenaire d’un nombre grandissant de course sur route comme sur chemin !

Si la St-Yorre ne doit pas être considérée comme un « médicament », son utilisation en préparation (15 jours avant l’événement), pendant et après l’effort a de réels avantages pour le corps (constituer des réserves en minéraux, lutter contre l’acidité liée à l’effort, favoriser une bonne réhydratation).

Alors tu bois quoi à ton prochain ravito ?

Des questions complémentaires sur son utilisation ? Envoyez les nous …

 

Merci au Dr Hanh pour sa disponibilité et à Anne Géry pour le partage de photos prises par Cyrille Quintard.


Test réalisé par :
Note :
5
Le 17 avril 2019
Dernière mise à jour : 17 avril 2019

Résumé :

De l'intérêt d'utiliser une eau minérale riche en bicarbonates en course à pieds, la St-Yorre.

Laisser une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

×
%d blogueurs aiment cette page :