Vis ma vie de lièvre…

14

J’ai joué les lièvres sur une course : la corrida de St Germain en Laye

affiche corrida st germain en laye

Et par chance, il n’y avait pas de chasseurs dans le peloton ;).

En ce Week-end de Téléthon, Clément était venu le passer à la maison. Le week-end avait commencé en fanfare avec notre participation à l’évènement : « Je suis un Recordman du Monde » à Clichy« . Le lendemain soir, on enchainait sur la Corrida de St Germain en Laye, course qui nous permettait d’utiliser notre puce Timepoint.

Pourquoi je vous parle encore de la Puce, tout simplement pour vous dire qu’une fois n’est pas coutume, je suis arrivé sans stress à la course, car j’avais déjà mon dossard ainsi que ma Puce ;).

Sans stress, sans stress, faut le dire vite tout de même. Car même si ce soir, je ne cherchais pas à améliorer mon Record Perso, j’avais la mission d’emmener Clément à améliorer le sien. Ce soir, je suis son lièvre. David Aka Daddy The Beat, m’avait mis un coup de pression la veille, en me disant « bon la semaine dernière, je l’ai amené à faire 48 minutes et des bananes, à toi de faire mieux! »

Challenge accepted, comme dirait Barney Stinson (de la série How I met Your Mother)

La difficulté pour moi sera de tenir une allure qui n’est pas la mienne. Ce n’est certes pas mon allure de 10km, mais ce n’est pas non plus mon allure de footing, donc va falloir gérer, regarder la montre, ne pas laisser s’exprimer mes jambes, car cette course, ben ce n’est pas la mienne.

le lièvre à st germainSur place, on retrouve d’autres Twittos, Eugénie qui est venue encouragée par toute sa tribu 😉 , puis Ludo (que je reverrai sur la Corrida d’Issy-les-Moulineaux), et enfin Marie (que j’espère revoir pour des p’tits Runs à St Appoline ).

On file en direction du départ, Clément annonce déjà qu’il est rincé, qu’il a limite envie de passer direct à la deuxième partie de soirée: manger des crêpes. Bon, le taf s’annonce super difficile, mais j’ai dit que je l’amenais en 47 minutes, je ne peux plus reculer.

Le départ est donné, ça part tranquillement, Ludo reste avec nous sur 400 mètres, et le voyant facile, je lui dis « va chercher ton chrono, tu l’as dans les jambes », et le voilà qu’il s’éloigne tranquillement. Allez c’est parti j’ai un job à faire, il est où « Clem » ,  » Ça va, la respiration c’est Ok ». Allez c’est parti, on continue sur ce rythme. Le 1er tour se fait bien, je le motive et il se porte bien, on est calés sur un rythme de 4min41, s’il tient ça va le faire.

Niveau sensations, tout va bien, je ne souffre pas de ce rythme qui n’est pas du tout le mien, et j’arrive même à trouver du plaisir, car finalement, je me sens facile à cette allure. Ce qui me permet de demander au public de nous encourager, de traverser la chaussée pour frapper dans la main d’un enfant qui la tendait désespérément en attendant qu’un coureur vienne.

On finit la 1re boucle, passe par le ravitaillement, et moi qui d’habitude n’arrive pas à prendre une gorgée dans les gobelets, je me surprends à y arriver facilement. Un coup d’œil derrière, Clément est toujours là, je lui gueule dessus, il râle donc il va bien, et c’est reparti pour encore 2 tours.

Les kilomètres passent et je vois que la moyenne est stabilisée à 12,9km/h, ce qui est au-dessus de l’objectif, et je commence à me dire que j’ai fait le job comme il faut, mais bon rien n’est encore gagné on est qu’au 6ème et Clément commence à peiner un peu dans les faux plats, d’ailleurs quand les Kenyans nous dépassent, je le sens ralentir. Vous vous en doutez, je l’ai pourri, il a repris le rythme, mais les signes de fatigue commençaient à se faire sentir.

On finit la 2ème boucle, et en mauvais lièvre, je lui pique son verre d’eau. Mais ça, je ne le sais pas… Clément me racontera après la course que le porteur d’eau n’avait plus de verre après moi et lui a dit :  » désolé mec, je n’ai plus rien ».

le lièvre à st germainOn se fait rattraper par un groupe de 4 femmes, et j’en entends une dire :  » j’en peux plus je lâche ». Je me porte à sa hauteur, regarde ma montre qui annonce 12,8km/h de moyenne, et je lui glisse : » si vous voulez faire moins de 47 minutes vous êtes bien, moins de 3 kilomètres à tenir, vous pouvez le faire ». Elle me regarde, passe d’un visage tout tiré à souriant et me dit : « merci ça fait du bien d’entendre ça, vous m’y emmenez ?… « . Ah ça aurait été avec plaisir, mais Clément montrait de plus en plus de signes de fatigue, la respiration se faisait de plus en plus bruyante et il commençait à avoir les jambes en feu. Je me laisse glisser à la hauteur de Clément, lui dis qu’il est toujours dans le bon timing, même s’il a baissé le rythme. Je lui sors toutes les débilités qui me passent par la tête pour le re-mobiliser, et il s’accroche.

On arrive enfin dans le dernier kilomètre, il râle de plus en plus, je le booste de plus en plus en lui faisant le décompte de la distance, mais je vois bien qu’il n’arrive plus à accélérer.

Alors qu’on est à 400 mètres de l’arrivée, je vois un coureur peiner dans le faux plat, et qui commence à zig zaguer, je me porte à sa hauteur:

moi: Ça va?
lui: J’en peux plus je vais tomber…
moi: ton visage n’est pas encore livide, c’est que t’en as encore dans les jambes

Il me regarde, me fait un sourire, et je lui dis: « allez, accroche-toi, c’est fini, puis on accélère tous les deux.
Bon, et Clément dans tout ça? Eh bien il s’est accroché, voyant que j’avais accéléré, il a suivi. Je me porte à sa hauteur et je lui dis que c’est maintenant qu’il faut accélérer. Il reste 200 mètres, « tire sur tes bras, tes jambes, tu t’en fous si t’as mal. Je veux que tu vomisses après la ligne, mais tu vas me le chercher ce chrono, on accélère! » Il s’arrache, donne tout et on passe ensemble sous l’arche en 47 minutes et 9 secondes.

J’ai fait mon job. Il a battu son Record, il est fou de joie, je le vois rempli de l’ivresse due à son nouveau record et ça fait énormément plaisir.

Mais ça fait bizarre tout de même, car tout du long, j’ai eu cette ivresse. Se dire, c’est bon, on va y arriver, mais à 10cm de la ligne ce bonheur s’estompe pour laisser la place à celui de l’autre. Car c’est SA victoire, pas la mienne.
La vie de lièvre, ça doit être ça. Prendre du plaisir tout au long de la course, rebooster les autres, distiller des conseils mais une fois la ligne passée, notre plaisir s’efface pour laisser place à la joie de celui qu’on a amené à battre son record. C’est un plaisir différent, difficile à expliquer avec des mots, mais j’ai bien envie de le refaire 😉

Sur la ligne, on retrouve Ludo, qui nous annonce avoir bouclé la course en 41 minutes 53 qui est son nouveau Record Perso , puis c’est au tour de Marie de terminer en 50min49s puis Eugénie en 53 minutes 44.

On a continué la soirée dans une crêperie mais ça c’est une autre histoire….

[important]Pour lire le récit de Clément c’est par ici[/important]

14 commentaires

    • Jerem B (536 commentaires) le

      Effectivement Clément était super heureux, il améliore son RP de presque 1 minute. Il en a bavé mais n’a rien laché. Je suis super fier d’avoir réussi à l’amener jusqu’au bout car ce n’est pas évident de gérer une course pour 2 😉

  1. Tu mériterais le titre de lièvre de l’année ! Autant d’entraide, pas seulement envers Clément mais aussi envers les âmes en souffrance du 10km, ça fait chaud au coeur, bravo à toi, et bravo à Clément bien sûr !!

    • Jerem B (536 commentaires) le

      😉 Merci Charlotte, c’est leurs sourires qui m’ont fait chaud au cœur. Rien que pour ça je recommencerais l’expérience de Lièvre, ou tout simplement faire la course sans objectif et prendre du plaisir sur la course, rebooster ceux qui viendraient à manquer de jus.

      • C’est une noble cause 😉 c’est tellement réconfortant les gens qui nous soutiennent quand on est dans le mal ! A la fin de la route des 4 châteaux une runneuse m’a encouragée eh ben franchement ça booste !

  2. runmatt (11 commentaires) le

    Bien joué les mecs !! Belle course, et comme le dit Charlotte tu mérite le titre de Lièvre de l’année. Car c’est extrêmement difficile de motiver cette larve de Clem 🙂 Muhahaha il va me traiter.
    Je sais pas si je te souhaite une bonne récup du coup ? Lol

  3. kingcalou (18 commentaires) le

    Ah sympa de ta part, la mission est réussie en plus, ce n’en est que plus gratifiant 😉 J’aime ton analyse lucide sur: Tu n’es pas blanc tu en as encore dans les jambes… je pense qu’il a du t’insulter intérieurement avant de te remercier

    • Jerem B (536 commentaires) le

      Je parlais bien sur de son visage qui n’était pas encore livide ( ça n’avait aucune autre connotation, d’ailleurs je vais de ce pas modifier l’article pour éviter tout malentendu). en tout cas vu son sourire quand je lui ai dis ça et vu comment il a ré-accéléré je penses qu’il a apprécié 😉

      • kingcalou (18 commentaires) le

        Ah oui j’avais bien compris le fait qu’il ne soit pas encore livide ^^ .. Ça me rappelait juste mon entraîneur d’athlé qui passait son temps à dire que je devais accélérer et agrandir ma foulée alors que je voulais juste vomir tranquillement

  4. Merci Jérém ! Tu as juste assuré un max ! Tu as fait ton job magnifiquement bien, et sans toi je n’y serais pas arrivé, sincèrement !
    Tu m’as gueulé dessus pour la bonne cause et même si j’ai flanché a partir du 6/7ème kilomètre tu as su resté la pour me mobiliser !
    A bientôt ! Embrasse toute ta famille 😉

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :