Trail du Maxi Tordu à Verzenay, 46km

0

Le Trail du Maxi Tordu à Verzenay, un trail avec un parcours agréable et roulant, sur deux boucles pour un total de 46km. 

Il est enfin là. Après mon 54km dans les Ardennes, et seulement 2 semaines de repos, me voici sur le Maxi Tordu, un 46km et plus ou moins 1000d+ à Verzenay (Marne,51).

4 jours de vacances, retour au pays dans les vignes Champenoises. Objectif, repos pour le premier jour, petite sortie avec les copains du Club pour le second, et une journée sieste pour le troisième jour.

Quant au quatrième, jour de course !

Debout à 6h15, préparation du sac, des boissons et du dossard. Pas de surprise sur mes chaussures, j’avais déjà fais une semaine de reconnaissance sur les lieux afin de choisir la bonne paire. J’ai donc pris mes kiprace3, légères et dynamiques surtout. Gilet Kalenji, baggy short de compression, pompotte, flasks et poches à eau et un t shirt. Une amie passe me chercher, musique à fond dans la voiture (Céline Dio, comme pour chaque course, ça rigole bien).

Juste avant le départ, je retrouve une partie des copains et hop, top départ !

A la base, je voulais partir doucement, mais j’ai encore raté la première étape (une fois de plus). Je suis en tête, deux autres me suivent. Ca part fort 3’58 le premier kilo, la montre sonne. Aussi je me résonne et je retiens progressivement la machine. Au 6ème km. Je laisse un petit groupe me dépasser. Je ne m’inquiète pas, la deuxième partie du tracé est plus technique, j’aurai l’occasion de rattraper le groupe.

Il fait chaud ! Si la majorité du parcours est dans les vignes, les passages dans la forêt permettent d’être au frais.Manque de lucidité liée à la chaleur, ou sans doute mes yeux, je prends deux fois une mauvaise direction. Le balisage est pourtant bien fait, mais dans l’effort, il est parfois difficile de bien voir les balises.
Les copains me l’avaient dit : « prévois 2h pour la première boucle de 24km ! Et surtout pas trop vite sur celle là. » J’ai donc presque appliqué les conseils. Première boucle en 1h50.

Fin de la première boucle, le ravitaillement, deux gobelets sur la tête, une orange dans la bouche, et surtout les encouragements des copains qui partent pour le 22km. 10 minutes après le croisement, Florent P. et Thomas R. me doublent dans une côte, on s’encourage. Ils termineront 2ème puis 5ème au général. Il y a du monde maintenant sur la course. Des trailers peu compréhensifs donnent des coups d’épaules pour avancer plus vite…

Une deuxième boucle en sous bois me permet de souffler un peu plus et d’accélérer légèrement.  Il reste 10km avant d’arriver, je relance donc la machine une première fois. Reste 4km, je ne sais absurdement plus où je suis placé, mais je lance la dernière attaque DANS UNE CÔTE ?! Oui, parce qu’ils marchent tous, et que celle ci, je l’ai déjà faite une fois sur la fin de la première boucle, alors pourquoi pas, et ça passe. A la ligne d’arrivée, toujours en mode machine, je croise les copains qui me félicitent, je m’allonge un peu le long d’un mur à l’ombre.

Une superbe course, qui permet vraiment de faire du long facilement. Si l’objectif est de finir, alors prenez votre temps. Les barrières horaires sont relativement larges. La première partie de 24km est sympa, et la dernière de 22 un peu technique car pas mal de côtes et une partie dans l’escalier vignes cassante.

Seuls deux bémols : pratiquement pas de solide sur les ravitaillements, et les résultats ne sont pas accessibles.

Peut être à l’an prochain ?!

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :