Le Trail des Villes Royales: le Relai de Jerem

2

Remettons les choses dans leur contexte. Début décembre au cours d’une soirée crêperie à volonté, transformée en gestion de planning de courses et pseudo assemblée générale des Geek, Yoann me charrie sur le fait que je ne veuille me lancer que sur des distances sous la barre des 20km. Faut dire qu’après une année à trimer à cause de ma tendinite du tendon d’Achille, j’ai plutôt envie de me refaire une santé plutôt que de rester sur le bord du sentier…. A force de me faire charrier je lui ai répondu : « pas de souci, si tu es si fort fait le trail des Villes Royales en Solo et moi en relais, on verra qui sera le 1er sur la ligne d’arrivée »…
De là est né le Défi Man Vs Wild, et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il m’a fallu bien choisir mes coéquipiers pour gagner ce défit. Les autres Geek ont suivi, Bertrand s’est inscrit sur le solo. Marilyn et Jérôme se sont inscrit en relais mixte et ont recruté Alexis le pote de Jérôme

trail des villes RoyalesDimanche 21 février le stress monte, mes coéquipiers de relai sont pourtant au taquet mais ça monte. Yoann est bien également. Il fera la course avec Bertrand et Christian, ce qui n’arrange pas mes affaires…
Le départ est donné au bord de la pièce d’eau des suisses à Versailles. Alex mon 1er relai prend un peu d’avance. Mais je sais bien que Yoann est un diesel, et qu’il part prudemment. En compagnie de Julien, Marilyn et Alexis  on file au 1er relai situé au 20ème kilomètre. A peine arrivée sur place, les premiers coureurs arrivent, suivi de près de Nicolas DUHAIL, qui finira 1er s’offrant le luxe de finir avec les relais.

J’appelle Bertrand, qui court avec Yoann, pour avoir dès news. Ils viennent de reprendre Alex qui n’a pas l’air dans son assiette, merde ça n’arrange pas mes affaires tout ça. Julien comprend que je vais lui foutre un peu plus la pression, je ne suis pas le seul à devenir une pile. Alexis qui coure le second relai sur le mixte trépigne d’impatience.
On arrive aux 2 heures de courses,  Yoann arrive avec Bertrand et Christian. Ils me narguent, pas grave quand ce sera à mon tour de courir je vais vous pourrir ;p

trail des villes RoyalesAlex arrive 2 minutes plus tard, un échange de dossard, et Julien part remonter sur YoYo et Béber. Dix minutes plus tard, c’est au tour de Jérôme d’arriver. Il est sur les rotules, trop de boues à son goût, Alexis part comme une balle. Avec Marilyn, Alex et Jérôme, nous filons à Auffargis pour le 2nd relai au km 41. Je me mets enfin en tenue, le stress/excitation monte encore d’un cran. Un texto de Julien, m’annonce qu’il lui reste moins de 3 kilomètres pour arriver sur le point de relai. Marlilyn est également prête. Même si elle sait qu’elle a encore un peu de temps.
Julien arrive enfin. Marilyn me dit de ne pas partir comme un tabanard vu la boue, ce serait dommage de me faire mal au tendon, mais je n’en fais qu’à ma tête même si ma section commence par une côte, pas grave je donne tout, on ne sait jamais si Yoann arrivait en embuscade juste derrière.

C’est donc parti, je donne tout, et accroche un triathlète du 94 ( je ne me rappelle plus la ville..) je suis son train, et on remonte à bonne allure les autres concurents. Après 3 kilomètres, alors qu’on attaque une partie dans les champs en plein vent, je le dépasse et lui dit, à mon tour de faire le lièvre, mets toi dans la roue, il sourit et c’est parti pour 2 nouveaux kilomètres à bon rythme. Le cardio est haut, mais ça va je me sens bien. Le parcours alterne boues, sentiers forestiers, chemins boueux défoncés par les tracteurs, bref de la boue, de la boue et encore de la boue. Mais j’ai de la chance ma section est la plus courte des trois relais. A mon 6ème kilomètre, soit 47 kilomètres de course, on attaque la partie bitumée, le triathlète en profite pour reprendre le large. Chapeau car il est sur le solo en plus.
Je récupère Mick qui, écouteur vissé dans les oreilles, avance à son rythme, mais ça a l’air de pas mal tirer.
On passe enfin sur la Rn10, 9km à la montre,  je me dis encore 3 bornes et c’est fini…
On retourne en forêt sur les sentiers, encore un peu de boue cela ne serait pas drôle sinon. Arrive le 11ème kilomètre, bizarre on est encore en forêt, puis le 12ème, toujours pas de speaker ou de public pour encourager sur les derniers mètres. Arrive le 13ème, un virage et la on nous indique la dernière ligne droite. Putain, qu’ elle est longue cette ligne droite, en plus elle fait les montagnes russes dans le parc du château de Rambouillet. Arrive la derrière descente, je donne tout ce que j’ai même si j’ai bien ralenti depuis le 11ème kilomètre, Julien et Alex sont là et viennent finir la course avec moi.
5h10’11 » s’en est fini pour le Relais Geek & Run Homme.

Arrivée trail des villes Royales Jerem

Mes deux compères m’annoncent que Yoann avait 10 bonnes minutes de retard au dernier ravito, que Bertrand s’est fait doubler par Alexis, et qu’il n’est donc plus avec Yoann et Christian. Maintenant, c’est la bataille entre le relais Mixte et Yoann, car Marilyn est partie sur de bonnes bases également.

Marilyn est arrivée 40 minutes plus tard en 5’41’43 » et Yoann en 6’13’. Bref Yoann ne l’ouvrira pas de si tôt 😉
Mais je suis fair play je lui concède qu’il a fait une belle course surtout avec toute cette boue quasi présente sur tout le parcours. Quand à Bertrand, victime de douleurs aux genoux et ampoules, il a fini en marchant donc son temps n’est pas top, mais il est tout de même « finisher » 😉

Ce que je retiendrai de ce type de course, c’est que vivre une course en relais n’a rien à voir avec une course en solo. On ne peut pas se dire bon  je ne suis pas en forme aujourd’hui, je le fais mais je m’en fous du chrono, car là on court aussi pour les copains, Par contre quand le relai ne s’effectue pas au même endroit, cela devient la course dans la course. Et cela ajoute une petite part de stress en plus. Mais bon le stress ça se canalise 😉 D’ailleurs avec les copains, on a bien envie de remettre ça l’an prochain sur ce Trail des Villes Royales.

 

2 commentaires

  1. François (3 commentaires) le

    Le pauvre, vous mettre à trois pour le fumer, c’est quand même pas très risqué Mais bon, s’il joue que contre des coureurs avec des tendons en papier mâché comme moi, je peux comprendre 😛

    • Jerem B (531 commentaires) le

      Le mien est en papier cartonné il durcit un peu mais toujours pas ça ;-)et puis il n’avait qu’à pas ouvrir ça grande g***le

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :