Le Trail des Villes Royales 2016 en Solo de Yoann

0

Remettons les choses dans leur contexte. Début décembre au cours de notre assemblée générale des Geek, ou plutot d’une soirée crêpes à volonté, je chambre Jerem sur le fait qu’il court comme une tortue, que ce n’est pas demain la veille du jour où il me battra sur une course. Il me lance alors un défi sur ce Trail des Villes Royales 1ère édition et m’annonce qu’il le fera en relais et moi en solo.
De là est né le Défi Man Vs Wild, et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il a bien choisis ses coéquipiers.trail des villes Royales

Dimanche 21 février 2016, j’arrive 30 min avant le départ au plan d’eau des Suisses à Versailles, les équipes de relais Mixtes et Hommes GeekandRun sont déjà là, ça se chambre un peu comme d’hab dans la bonne humeur ! Je n’ai pas trop la pression pour notre défi « Man VS Wild », je sais que c’est perdu d’avance vu les athlètes…Bertrand chaud bouillant comme à son habitude me dit « allez on se place plus en avant pour le départ, il m’inquiète un peu, il va vouloir aller vite…

8h45 le briefing, 9h le départ est lancé ! Sur les premières centaines de mètres, on rattrape Jérôme, premier Relai de la team Mixte GeekanRun, juste quelques mots échangés puis en s’éloignant doucement devant, j’emmène Bertrand et Christian mon pote fidèle de Trail. La météo n’est pas au top, grisaille et vent frais, ce sera comme ça toute la journée mais ça aurait pu être pire…

Cette première partie de parcours je la connais bien, j’optimise le rythme en fonction de ce qui nous attend. On file à bon train mais sans faire de folie surtout que la boue est omniprésente. Alors qu’on passe à coté du cimetière de Magny les Hameaux, kilomètre 15 environ, je passe un coureur qui me tape sur l’épaule, c’est Alex !! Premier relai de la team GeekandRun Homme !!

« Je pensais que tu étais parti loin devant déjà », Il me répond que ce n’est pas la grande forme… mais il a le sourire, rien de grave.

 

Avec Bertrand pas besoin de nous en dire plus, on garde, voire on renforce un poil le rythme juste pour voir la tête de Jerem au premier ravito quand il va nous voir arriver devant !!!

Après quelques côtes boueuses où il faut s’aider des arbres pour se hisser, nous voilà au château de la Madeleine pour le ravito 1 ! Il y a du monde pour encourager et des relayeurs dans les starting Block. On vient de passer les 2h de course, on est pas trop mal en point. Ravitaillement sans perdre trop de temps et on repart dans la descente du château quand Julien, relais n°2 Homme, dévale la pente à toute vitesse et nous laisse sur place… les 3-4 min d’avance sur Alex n’ont pas tenues bien longtemps.

En chemin pour Dampierre, peu de temps après, au kilomètre 24, Bertrand et moi commencons à souffrir. Pour Bertrand ce sont ampoules et fatigue, moi juste fatigue. Je sens bien que je n’ai pas la caisse, et que le manque de sorties longues cet hiver va se faire sentir… Christian part un peu devant, je mange un peu, je m’hydrate et m’accroche à lui à distance mais je perds Bertrand que je ne vois plus derrière moi. On est sur un tracé que je connais bien autour de Dampierre et de l’Abbaye des Vaux de Cernay, je sais à peu près à quoi m’attendre mais c’est long… J’alterne marche et course et finis par raccrocher au wagon de Christian.

On arrive enfin au Ravito 2, je vois les relayeurs Mixte et Homme qui nous annoncent qu’on a pas mal de retard sur le relai Homme, mais on est encore devant le relai Mixte.

Ah non !!!! Même coup que pour le Ravito 1, pas le temps de repartir qu’Alexis relayeurs n°2 donne le dossard à Marylin relayeuse n°3 qui file déjà vers Rambouillet… On prend notre temps, je ne sais pas si je dois boire ou manger pour retrouver de l’efficacité, je fais un peu les deux et on repart. L’envie n’y est pas vraiment mais on est pas du genre à abandonner!

La troisième partie, même scénario que le précédent, Christian part devant, j’essaie de suivre au loin comme je peux. Les chemins de traverse et les longues allées droites dans les bois sont interminables, j’ai des amorces de crampes dans les mollets dès que j’essaye de forcer un peu plus… les kilomètres défilent quand même et je finis par raccrocher. La Fenix 3 est ma meilleure alliée, elle affiche enfin 50kms, on va chercher dans le mental pour finir la course, il doit nous en rester moins de deux… Sauf que les deux passent et toujours pas de château en vue ! Alors on marche encore… et enfin voila l’entrée du parc ! On se remet en course jusqu’à l’arrivée, portés par les encouragements… et l’orgueil. Puis c’est enfin le passage au chronométrage, un soulagement pour mes mollets et mon esprit qui résistent aux alertes de la fatigue depuis 3h…

trail des villes RoyalesA l’heure à laquelle j’écris ces lignes, avec quelques courbatures et le recul d’une bonne nuit de récup, je me dis que j’ai vraiment bien aimé cette course, un vrai Trail d’Ile de France avec ses caractéristiques cassantes: des portions rapides ponctuées de côtes non négligeables ! J’ai apprécié également le tracé sans course au D+ mais justement choisi pour en avoir sans faire des aller- retour sur une même colline. Seul Bémol à mon goût, la dernière portion un peu plate et monotone… mais je n’avais qu’à la faire plus vite après tout ! 😉

Bravo à Jérémy, qui avait tout les atouts pour gagner, mais malgré ça il a voulu enfoncer le clou et a fait une belle dernière partie de course qu’ il ne manquera pas de vous raconter prochainement.

Sportivement… Yoann

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :