Test de la combinaison Beuchat C200

0

beuchat Alors que j’étais à la recherche d’une combinaison pour mon 1er triathlon, je suis tombé sur une publicité de Beuchat qui présentait sa nouvelle gamme de combinaisons destinées aux nageurs en eau libre et triathlètes. Parfait, surtout que pour moi Beuchat évoque mes jeunes années. Plus précisément mes vacances d’été sur la côte d’Azur. Et oui Beuchat a été la marque de mon 1er masque de plongée ( bon oki maintenant on dit snorkeling) et ma 1ère combi ben c’était beuchat… Et déjà à l’époque j’étais fan…

un peu d’histoire…

En 1934, Georges BEUCHAT fonde la société éponyme à Marseille (FRA), sur les bords de la Méditerranée.  il est un Passionné du monde sous-marin, pratique la pêche sous-marine. Il ne cesse d’imaginer et de créer des produits pour cela. Ces derniers vont permettrent le développement des activités aquatiques modernes.

C’est également lui qui inventa le fusil harpon (1947), lequel a  depuis peu évolué…

En 1952, il teste en compagnie de son ami Albert Falco le premier prototype de vêtement sous-marin, un an plus tard la combinaison de plongée isothermique voit le jour. Les premières productions de ce vêtement seront notamment utilisées par le Commandant Cousteau dans l’expérience de vie sous la mer Précontinent 1, faite au large de Marseille, et connue par son célèbre film, Le Monde du Silence (1955). Depuis Beuchat n’a eu cesse de progresser pour rester à la pointe de l’innovation, et jouer un rôle clef dans l’essor des activités subaquatiques.

La Combinaison C200 de Beuchat

La combinaison Beuchat Crawl C200 s’adresse aux triathlètes et nageurs outdoor à la recherche d’un produit efficace et polyvalent. Au niveau cahier des charges, c’est parfaitement ce que je recherche. De plus J’ai la chance de pouvoir la tester avant qu’elle ne soit disponible sur le marché. La grande classe 😉

Lors du déballage, je suis étonné par la finition d’assemblage. Ce n’est pas la 1ère combinaison néoprène que je manipule, celle là est composée de pièces de différentes épaisseurs. Les soudures des empiècements sont d’une grande finesse. Je dézippe la combinaison et je remarque un détail plutôt bien pensé. beuchat c200Et oui vous pouvez noter votre nom, club, et numéro de téléphone. Parfait surtout quand on sait qu’on laisse sa combinaison dans la zone de transition sans surveillance.
L’intérieur est doux, on ne sent pas d’épaisseur aux coutures plates. A voir lors du test en eau libre…

Autre point de détail bien pensé, le petit velcro sur le cordon du zip qui permet de le scratcher le long de la fermeture éclaire et de le retrouver plus facilement quand viendra le temps d’enlever la combinaison le plus rapidement possible.

 

beuchat C200Je disais plus haut que la combinaison est faite de plusieurs pièces, de différentes épaisseurs.

Ci contre vous remarquez que chaque couleur correspond à une épaisseur.

Beuchat n’a rien laissé au hasard et cela pour améliorer le confort, la flottabilité et la glisse. Je vous fais grâce des technologies. Mais si vous êtes curieux vous pourrez en savoir plus ici.

L’essai en eau libre…

La partie la plus amusante, et surtout nécessaire avant de prendre part à un triathlon. C’est comme avec une paire de running, on ne teste pas son matos le jour d’une course, sous peine de s’exposer à des désagréments qui auraient pu être évités…

Pas de souci à l’enfilage, ça passe tout seul. Même pas besoin d’utiliser la technique du sac plastique… J’arrive facilement à mettre la combinaison en place. Elle est plutôt souple.
Quand que je pénètre dans l’eau, il en rentre légèrement dans la combinaison. Cette fine pélicule d’eau se réchauffe vite à l’intérieur de la combi et je suis vite isolé de l’eau froide. Par la suite je n’ai pas eu froid, malgré les petits courants frais que j’ai traversés.
C’est parti pour 1600m de crawl. Je glisse parfaitement dans l’eau. Je m’étonne même de l’allure, alors que je ne force pas. Cette combinaison Beuchat C200 offre une glisse remarquable, et est assez stable. Sous les avants bras, le néoprène n’est pas lisse, pour prendre un meilleur appui sur l’eau, lorsque vous nagez. Je disais plus haut que la combinaison est assez souple, je n’ai ressenti aucune gêne pour nager, et n’ai eu aucun échauffement au niveau des épaules. Au contraire, cette combinaison C200 est très agréable et se fait presque oublier.
A mi parcours, on fait une pause. Quel bonheur de se laisser flotter à la surface. Sur le retour, je commence à sentir une petite gêne au niveau du coup, j’ai mal positionné le rabat de la fermeture. La prochaine fois je le positionnerai correctement, et je mettrai un peu plus de crême anti-frottement… (Lors de mon triathlon je n’ai pas eu de problème de frottement)

beuchat C200Passons à la partie délicate, le déshabillage. Là aussi ça glisse tout seul… Enfin sans difficulté 😉
Le cordon est resté bien positionné le long de la fermeture éclaire grâce au velcro. Je tire dessus, dé-scratche le rabat et c’est parti, plus qu’à faire glisser la combinaison Becuchat C200  jusqu’aux pieds.
En 10 secondes maxi, c’est enlevé. Et en courant ça le fait aussi facilement. Lors de mon triathlon, j’ai enlevé la combinaison en deux temps. La partie haute dès la sortie de l’eau. J’ai trouvé le cordon facilement, enlevé les manches tous en courant. La seconde partie une fois arrivé à ma zone de transition, et en moins de 2 j’avais enlevé la combinaison, sans avoir à rester plié trop longtemps. ( Lors d’une transition nage/vélo on est content de ne pas rester trop plié et la tête en bas, ça évite de voir les étoiles 😉 ) Bref elle est parfaite pour ne pas perdre trop de temps lors de vos transition.

Pour conclure…

Si vous voulez vous lancer dans le triathlon, et ou dans la nage en eau libre, cette combinaison Beuchat C200 sera parfaite. Vous en aurez pour votre argent. La finition est top, la combinaison est très agréable à porter ainsi qu’à nager. Facile à mettre en place et à retirer.

 

 

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :