Rituels, routines et superstitions …

2

rituelOn peut ne pas aimer le football, mais impossible d’être passé à côté de la pub de Volvic mettant en scène Zinédine Zidane en train de respecter une routine de préparation d’avant match.
D’abord, la jambe gauche … vous connaissez la suite !
Alors, ces routines, quels sont leurs rôles, à quoi servent elles ? En quoi diffèrent elles des rituels et des superstitions ? Qu’en est il dans le milieu de la course à pied ?

Routine, rituel, superstition c’est quoi ? A quoi ça sert ?

Une routine représente l’ensemble des comportements / gestes adopté notamment durant la préparation à une performance sportive . Cette routine permet au sportif de s’installer dans un état de concentration adapté à l’objectif. Alors que le sportif peut avant une épreuve, être envahi de doute et d’appréhension, ces routines lui permettent de rester serein, focalisé, de limiter ses pensées intrusives, de diminuer la place aux imprévus en occupant le temps et l’espace. C’est le cas des routines d’échauffement, les fameuses gammes notamment avant la course. Les entraînements précédant une course peuvent aussi être considérés comme une routine puisqu’ils permettent au sportif de se préparer au mieux en limitant d’une certaine manière d’être dans l’inconnu le jour J (travailler une allure cible par exemple). Avoir des routines, ce n’est donc pas si négatif en soi même si comme évoqué plus bas, il peut être judicieux de les remettre en question de temps en temps voire d’en changer pour que leur rôle en soit préservé.

Les rituels sont assez proches des routines selon la définition qu’on leur donne. Ce sont des comportements accomplis ou des pensées répétées à des moments particuliers (avant ou pendant la course) pour s’installer dans un état précis. Il est possible de considérer que c’est le cas des exemples suivants: le dernier bisous à sa/son chéri(e), la désormais très connue photo postée sur les réseaux de sa tenue de course ou le fameux plat de pâtes de veille de crituels nadalourse …

Les superstitions enfin, sont reconnaissables par leur aspect irrationnel. Considérer que sa bonne performance est due au fait d’avoir porter des chaussettes de couleur jaune et décider ensuite de ne porter que des chaussettes de couleur jaune dans
les futures compétitions …

Et en course à pied ?

Le coureur qu’il s’élance d’un SAS élite ou en milieu de peloton, peut tout à fait être concerné par les doutes, le stress d’avant course. Première course, première fois sur la distance, changement de terrain, recherche de performance, vouloir finir … toutes ces raisons peuvent le faire cogiter avant la course ou même pendant. Chacun, seul, à l’aide de son entraîneur ou d’un préparateur mental, peut alors réfléchir et  construire sa routine, définir ses rituels qui auront pour rôle de limiter le ruminement mental, orienter son attention vers autre chose que ses doutes.
Respecter sa routine, réaliser ses rituels conformément à ses habitudes, cela peut donc avoir une portée positive pour le sportif, mais il est cependant nécessaire de garder une certaine souplesse à leur égard; car que faire si il ne nous est pas possible de les réaliser ? Devons nous considérer que la course est d’ores et déjà « perdue » , si notre réveil tardif ne nous permet pas de nous échauffer, si nous n’avons pas mangé nos pâtes ou mis la bonne tenue ? Peut-être devons nous alors avoir un panel de rituels possibles, d’être flexible dans leur réalisation et faire face ainsi aux imprévus liés à la pratique sportive, pour ne garder de ses rituels que leur valeur positive.

Et vous, respectez vous une routine d’avant course, avez vous des rituels que vous ne manquez pas d’accomplir ?

 

2 commentaires

  1. Flavien (1 commentaires) le

    En cas de réveil tardif, il faut parfois considérer la course comme perdue. Surtout si on se réveille à 14h pour une course dont le départ est à 9h. Ce qui m’est arrivé à plusieurs reprises ces dernières semaines.

    Sinon c’est clair que le monde des compétitions sportives, parce qu’il est lié à des performances qui nous tiennent à coeur (comme celui des examens universitaires pour les étudiants), est particulièrement propice aux superstitions et autres ruses anxiolytiques.

  2. La préparation des affaires la veille de course, tout est rangé dans un certain ordre. Tout rangé dans un coin et dans un ordre particulier.
    Le but étant de ne pas se surprendre soi-même à oublier quelque chose.

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :