Mon Triathlon de Chantilly

8

Triathlon chantilly

Je me suis enfin lancé cette année (2015), j’ai pris le départ de mon 1er Triathlon,  le Triathlon du Château de Chantilly. J’ai commencé avec un format abordable le Louis XV, le format Sprint.
400m de nage , 20km de vélo, 4km de course à pied.
Au mois d’Août, j’ai donc croisé les sports afin de me préparer au mieux pour cette épreuve. J’ai enfourché mon vélo et parcouru 282km (11 sorties), nagé 8,4km (8 séances) et couru 114km (en 16 sorties), cela sans forcer car j’ai toujours le tendon d’Achille un peu sensible….

C’est donc avec la boule au ventre, stressé et impatient de voir comment çela va se passer que j’arrive la veille à Chantilly, mais également confiant de pouvoir terminer ce triathlon. Vu les distances et mes entraînements, je devrais être capable de terminer ce triathlon entre 1h15 et 1h20, sans compter le temps des transitions. Car l’inconnu ce sont les temps, et les distances à parcourir pendant ces transitions…

Malgré le stress, je m’endors assez facilement.
Le lendemain matin c’est ma femme qui entend le réveil sonner, « ton réveille sonne… » « oui oui » , je le coupe et me retourne pour me rendormir. Elle est obligée de me secouer et de me dire que c’est le Jour J,  je l’avais zappé lol. J’avale vite mon petit déj ( le même que les 364 autres jours de l’année ;p) et nous voilà partis. On arrive sur place vers 8h10, le parking est déjà bondé. On file ensuite dans le parc du château, pour les formalités administratives ( retrait dossard, le check du certificat médical et Pass journée). La queue est longue, et contrairement à une compétition de course à pied, je trouve cela mal organisé…plus d’une demi heure pour pouvoir passer…. Dans le même temps ma femme file récupérer ma tenue Castelli, encore merci Ariane et Claire de l’agence Bernascom, elle fût pile poil niveau taille.

triathlon-chantilly-2015-000Avant de rentrer dans l’aire de transition, vous devez avoir collé votre numéro de dossard sur votre casque, le vélo et passer votre dossard. J’en profite également pour enfiler ma tenue de vélo/running, composée d’un cuissard et d’un Top Castelli. Très agréable comme la Trifonction que j’avais eu en test.
En entrant dans la zone de transition, votre vélo est également vérifié ( les freins, et les embouts de guidon…) Je demande comment cela se passe ensuite pour la zone de transition, on me dit de me mettre dans la rangée de ma vague ( la 4ème) et de ne pas mettre plus de 6 vélos entre les poteaux. Bon ben on va chercher une place… En arrivant dans ma rangée, les 2 extrémités sont déjà prises, je choisis de me mettre plus prêt de l’entrée de la zone.

Triathlon de ChantillyJe prépare mes petites affaires… J’accroche le vélo par la selle à la barre. Positionne mon casque retourné sur les prolongateurs, mes gants à l’intérieur, puis mes lunettes. Je les enfilerai en sens inverse quand je sortirai de l’eau. Je dispose ensuite 1 serviette au sol, place mes runnings le plus loin, lacets défaits et chaussant ouvert, pour faciliter l’enfilage. Puis mes chaussures de vélo, en les ouvrant bien également.
Je positionne ma ceinture porte dossard sur la cocotte du vélo (poignée de frein). La prochaine fois je ferai comme le concurrent d’à côté. Il avait fermé sa ceinture et l’a posée sur la cocotte.Au moment de partir il l’a enfilée par les jambes en la remontant. Alors que moi je l’avais fermée autour de la cocotte, j’ai du ouvrir la ceinture et je l’ai ensuite reclipsée autour de ma taille. C’est 10 secondes de perdues….
J’enfile ma combinaison Beuchat C200 (test à venir) en la gardant à la taille, elle est hyper facile à enfiler et agréable. Un dernier check de ma zone de transition, tout à l’air d’être en place, je range ce dont je n’ai pas besoin dans mon sac et je rejoins ma femme.
La belle famille, l’avait rejoint. Et oui j’ai droit à mon Fan club, reporter. Faut dire qu’ils habitent à 10 minutes pour la plupart. Un p’tit coucou, je mets bien ma crême anti-frottement au niveau du coup, et j’enfile le haut de la combi. Whaoua il fait chaud la dedans… Allez dans 10 minutes c’est au tour de ma vague de s’élancer.

J’écoute le briefing, mets en place mes 2 bonnets, avec entre les deux ma paire de lunettes. Mon pote julien m’avait dit de faire ainsi pour que l’élastique des lunettes ne me gêne pas lors de l’épreuve, et éviter également que l’on me les arrache dans la bousculade du départ.

Aller on se jette à l’eau, elle est un peu fraîche (17,3°c). Je me positionne légèrement sur la droite, mais au avant poste tout de même. Le coup d’envoi est donné,  un appui sur la Fenix 3 et c’est parti. On m’avait prévenu que ça allait batailler, je suis donc parti un peu au dessus de mon rythme pour me faire une place, et lorsque je relève la tête au bout de 50 mètres ( j’ai tout de même respiré entre temps ;p) je m’aperçois que je suis dans le groupe de tête, je vois moins de 10 têtes devant moi. Je récupère un peu la trajectoire pour éviter de nager trop. Alors que je suis à plus d’1 mètre d’un autre concurrent, je sens qu’on me tape sur la tête. Pas un mouvement de bras, non non, un vrai coup pour me couper dans mon élan. Je relève la tête, toi c’est noté avec ton élastique de lunette rouge je ne vais pas te louper. Je continue de nager à mon rythme, tout en essayant de rester facile pour ne pas me mettre trop dans le rouge. Je me sens à l’aise, et pense qu’il y a possibilité de faire un bon chrono aujourd’hui. On passe la bouée matérialisant le demi tour, je décide de relancer un peu sur  la moitié du parcours restant. Je double l’élastique rouge, et viens me placer devant lui pour le gêner..
beuchat C200Vient la sortie de l’eau, deux bénévoles nous aident à sortir, ça fait bizarre de toucher la terre ferme et de devoir courir. Pas le temps de rêver, j’enlève ma montre, elle affiche plus de 500m de nage, je mets le bracelet dans ma bouche, déscratch la combi, enlève le haut jusqu’à la taille. J’en profite également pour enlever les bonnets et les lunettes. Dur dur, le parcours jusqu’à la zone de transition est long mine de rien, et y’a même des marches. La belle famille était idéalement placée pour m’encourager.
J’arrive à mon vélo, j’enlève le bas de ma combi, tout en enfilant, lunettes, casque… Je galère avec les gants (probablement à cause des mains mouillées) , je vais pour enfiler mes chaussures de vélo, et là galère j’ai oublié de sortir mes chaussettes… Le drame, elles sont au fond du sac. Le temps que j’enfile chaussettes, chaussures et porte dossard, je vois déjà 2 concurrents sortis de l’eau avec moi sortir de la zone de transition. Fuck j’ai merdé…

 

Je sors de la zone en courant à côté du vélo, et alors que j’approche de la ligne pour grimper sur le vélo, je m’aperçois que le concurrent devant moi bloque le passage et peine à monter sur son vélo… Grrrr…Le chrono tourne ….

Ça passe finalement, je pars en danseuse, pour bien me lancer, je sens les jambes facile, bon c’est sur aujourd’hui il y a vraiment un coup à jouer. C’est donc parti pour 20km, alors que je ne m’y attendais plus j’entends ma femme et ses copines m’encourager.
Je remonte concurrent après concurrent, les jambes en veulent, et ce n’est pas pour me déplaire. La moyenne monte progressivement pour venir atteindre 33km/h alors que le parcours n’est pas des plus plats. C’est vraiment grisant de ne faire que doubler et surtout de ne pas avoir été doublé. Je relance dans chaque montée, après chaque virage et les kilomètres défilent rapidement. Par deux fois je suis bloqué par des voitures (oui la circulation n’était pas coupée et comme d’habitude y’a toujours des malins en voiture…..) mais pas grave je relance. Je pense à bien m’hydrater, surtout que le soleil tape bien. Un point également énervant, se sont les suceurs de boyaux, les cyclistes qui se calent dans votre roue pour éviter de se fatiguer, alors que le règlement l’interdit. Mal lui en a pris, dommage pour lui. Ce cycliste qui a tenté de jouer avec moi, à vite perdu au détour d’un petit raidillon, quand j’ai forcé l’allure. Au 15ème kilomètre je mange un gel, pour ne pas être à sec pour de la CAP. Arrive le 20ème kilomètre, et là bizarre on n’est pas encore arrivé à l’aire de transition, non non on en est loin. Effectivement le parcours à vélo sera plus proche des 23km que des 20km. Comme pour le départ, au moment de descendre du vélo je me retrouve bloqué par un autre concurrent, j’arrive à le doubler un peu plus loin et je cours jusqu’à mon emplacement. Dur Dur de courir avec des chaussures de vélo ;).

Je me déséquipe, enfile mes Rider 18, tourne le dossard pour le passer devant, et c’est parti pour 4km. Je sors rapidement de la zone, la sensation est bizarre, je ne sens pas mes jambes. Elles courent, mais je ne les contrôle pas, elles sont en mode pilote automatique, je regarde la montre, 12km/h ca va le faire, je regarde le cardio 180bpm, un peu haut mais ça ira également. Au bout de 500 mètres sur l’herbe, on tourne pour gagner un chemin de terre, je retrouve peu à peu des sensations dans les jambes. Je fais un rapide état des lieux, elles ne veulent pas accélérer, bon ok, et elles ne veulent pas freiner, bon ben j’insiste pas, je reste en mode pilote automatique ;).

Surtout que le rythme me convient niveau cardio, qu’il me permet de doubler quelques coureurs des vagues précédentes. Seuls 2 ou 3 fusées m’ont doublé mais pas de regret ils allaient bien de trop vite pour que je ne puisse espérer les suivre. Au 2ème km, je me ravitaille en eau, on passe ensuite devant l’entrée du château, pas top le passage pavé puis on enchaîne sur un faux plat pour gagner le jardin anglais du Parc du Château de Chantilly. Le parcours redescend ensuite pour venir longer le canal du château, toujours sur des chemins en terre et gravier. D’ailleurs si je refais ce triathlon je prendrai une paire de chaussures plus type trail.
On longe la partie du canal dans laquelle on avait nagé plus tôt. Je pensais que l’arrivée était au bout et ben non, il reste encore facilement 200m, il reste à contourner la fontaine, en passant une nouvelle fois dans de l’herbe. Au passage je passe devant ma femme et ses copines, et puis dans les derniers mètres le fiston avec la belle famille, juste avant que je ne tente l’ultime sprint vers la ligne d’arrivée.

Triathlon de ChantillyC’en est fini, j’ai bouclé mon 1er Triathlon. C’est avec le sentiment d’avoir fait un chrono de folie que je m’approche de la bénévole qui me passe ma médaille autour du cou. Je rejoins ma belle famille et je commence mon débrief. Puis c’est déjà l’heure de retourner récupérer mon matériel en zone de transition et de rentrer à la maison.

J’ai vraiment adoré enchaîner les épreuves. Je me suis tout de suite pris au jeu de la compétition, et il est vrai, que ce fut un bon jour. J’espère que pour le prochain, je serai aussi bien disposé. Car oui je pense me réaligner sur un autre triathlon l’année prochaine. Un Sprint peu être pour améliorer mon chrono, ou un distance olympique pour voir ce que ça donne sur un « Vrai ».

 

En parlant du chrono, je file récupérer ma feuille de temps en partant, et là c’est comme une douche froide, 10’16 » de natation – 4’13 » pour la T1 – 41’49 » pour le vélo – 2′ pour la T2 – 21’04 » pour la course

De retour à la maison, je me jette sur Garmin Connect, et je m’aperçois que les distances annoncées pour la natation et le vélo ont été largement dépassées (530m et 23km) . Je verrai dans l’après midi, que finalement mon chrono est plutôt top, car je me classe finalement 62ème sur 456 arrivants.
Dommage qu’on ne puisse voir le classement à l’issue de chaque épreuve, et par vague…

Encore merci à Bernascom, de m’avoir permis de participer à ce beau Triathlon de Chantilly, et par l’intermédiaire de Castelli France, de m’avoir prêté cette tenue. La tenue a été parfaite tout au long de l’épreuve, et nul doute que je m’équipe prochainement chez Castelli pour mes affaires vélo.
Merci également à Beuchat France, pour le prêt de la combinaison C200. La combinaison aide grandement pour la nage, et est très facile à enlever. Merci à vous, de m’avoir soutenu sur les réseaux sociaux, pour me booster lors de cette préparation, et pendant l’épreuve. Merci à ma belle famille d’avoir joué les paparazzi, grâce à eux  je garderai de très bons souvenirs de ce 1er Triathlon. Et pour finir merci à ma femme car sans elle, rien n’aurait été possible.

8 commentaires

  1. Erwan L (1 commentaires) le

    Tout ce recit confirme mon idee de me lancer sur le triathlon. bravo à toi et merci pour toutes ces précisions. question : commnet as tu eu le pret de matériel ?

    • Jerem B (523 commentaires) le

      Merci Erwan et n’hésite pas tu vas adorer. pour le matos de prêt je dis merci au blog et aux marques qui m’ont prêté le matos. Apres je sais qu’on peut louer des vélos, la combinaison de nage auprès de partenaire des courses

  2. Cyrille (1 commentaires) le

    Salut, félicitations pour ton 1er tri ! Superbes performances et beau récit … pour les temps, tu peux récupérer le csv depuis le site des temps (stuweb.co.uk) et calculer ton classement après natation, T1, vélo, T2 et final.
    Envoie moi un mail si tu veux récupérer mon fichier 😉

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :