Mon semi de Paris 2013

0

20130314-075319.jpgLe 3 mars 2013 se courait à Paris le semi marathon international de Paris, le SMIP pour les intimes. Après avoir couru en Octobre 2012 Marseille-Cassis je me suis lancé comme défis de boucler mon semi entre 1h40 – 1h45.

Jouable quand on se dit que j’ai bouclé Marseille-Cassis en 1h39’42. Mais c’est sans compter sur l’hiver et ses épisodes neigeux importants, rendant mon terrain de jeux impraticable. Pour parvenir à mes fins niveau chrono, j’ai suivi le plus possible le plan d’entraînement que j’ai décoté dans le hors-série de Jogging International. Fallait bien qu’il me serve un peu celui-là. J’ai testé mon matos pour choisir « la » tenue. Mon choix a été Kalenji pour la tenue et Mizuno pour les chaussures.Avant le départ
Le jour de la course, la pression était grande, je suis rentré dans le sas 30 minutes avant le début de la course, histoire d’être bien placé. Sas bleu 1h40. Une fois en place, le pipi de la peur s’est fait sentir mais, trop tard, je suis trop bien placé. Et là, dans mon esprit, j’ai repensé à mon arrêt pipi sur mon premier semi de Paris au 12eme, ainsi que sur Marseille-Cassis, également au 12eme. Pas grave, je ferai avec. Après un échauffement collectif en musique, et le début des élites à 10h pile, nous, les coureurs anonymes du dimanche, on s’est avancés tout doucement vers la fameuse ligne de départ. J’essaie de gagner quelques places. 10h13: la délivrance, le lâché de fauves… Je m’élance alors, je slalome un peu histoire d’avoir de la place et j’essaie rapidement de trouver mon rythme. Le 1er kilomètre est avalé sans m’en rendre compte. Au 3ème je me dis oula faut ralentir. Au 5eme effectivement 1min30 d’avance, je me dis allez on se calme car faut tenir. Bon entre le 5 et le 6 mes premiers encouragements sont postés à droite. Je ralentis pour bien les voir mais rien. Et merde, pas mon coup de Boost, mon petit « allez Jerem » pour tenir jusqu’à Bastille. Le 10eme kilomètre arrive déjà et j’ai encore 1min d’avance. Là je me dis: » cool dans moins de 500m ma petite femme m’attend à Bastille elle va pouvoir me rebooster ». Effectivement ça remonte le moral, mais les jambes commencent à devenir lourdes. Les kilomètres me paraissent de plus en plus longs, retour à Bastille, et second coup de boost de ma femme? Et non, je ne l’ai pas trouvée du regard. Là, gros coup au moral, mais je me ressaisis et voilà qu’arrive le 15eme kilomètre. Plus que 30 secondes d’avance. La rue de Reuilly arrive et son faux plat, et là je commence à avoir mal. La flamme des 1h40 me dépasse à pendant le Semi de Parisune vitesse hallucinante je n’arrive pas à suivre. Je continue et me dis de toute façon, faut finir, c’est nul d’arrêter maintenant, et tant que je dépasse pas 1h45 je suis dans mon objectif de départ. Les kilomètres défilent, on voit le rocher du zoo de Vincennes se profiler à l’horizon, puis le lac, mais malgré les douleurs je me dis que je suis bientôt arrivé et qu’il ne me reste plus beaucoup de temps à souffrir. Alors que je m’y attendais pas j’entends: »ALLLEZZZZ JEREMMMM » : ma belle sœur avec qui j’ai couru Marseille-Cassis et le Paris-Versailles est là, avec mon fils et ses enfants. Elle me lance un: « Mais tu files! ».
Là, je me sens regonflé pour pouvoir finir, j’ accélère à nouveau et entends « allez Jeremm! ». Le cousin de ma femme avec son fils sont à vélo sur le bord du parcours et me suivent. Bon, je ne peux plus lâcher, je ne peux plus ralentir, je ne peux qu’accélérer. La ligne d’arrivée arrive enfin et une fois passée, le verdict tombe:1h40’38. J’ai réussi! Je l’ai fait! 38 secondes de trop à mon goût tout de même, surtout quand on sait l’avance que j’avais réussi à gagner… Un petit goût amer reste en bouche. L’arrivée de Marseille-Cassis avait été beaucoup plus forte en émotions, et pourtant, j’améliore mon chrono. Ces 38 secondes qui étaient à portée de foulée auraient-elles tout gâché?… Allez, je ferai mieux la prochaine fois… Maintenant la saison de 10km se profile…

20130315-104542.jpg

Vidéo réalisé par Laurent sur le Semi de Paris 2013

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :