Ma Raid Dingue 2014, 31km bien Raid

2

La Raid Dingue 2014: une 3ème édition au top


18 octobre 2014, 1 mois et demi que j’ai remis le pied dans mes chaussures, à m’entraîner. 350km parcourus, 4800m de D+ avalé. Il semblerait que l’entrainement devrait me permettre de pouvoir assurer une cahouette sur le parcours de 31km de la Raid Dingue.
Raid DingueQuelques jours avant le départ, je tombe sur les photos de l’organisateur qui montre les travaux de débroussaillage. Le parcours à l’air bien gras, voir détrempé par endroit. Bref, on va en « chier ».
Bertrand, qui depuis septembre arrive à s’entraîner le midi, vise un 2h25. Bon, oki, on lui a un peu mis la pression pour qu’il fasse un podium. Pour Jérôme, c’est une autre histoire. Ne pouvant s’entraîner, il vise de le finir et ne pas souffrir.

Sur place, on retrouve Laetitia et Stéphane qui partiront sur le 31km également et Nicolas qui lui sera sur le 11km P’tit joueur va ;) ).
18h30 ma femme prend le départ de la Raid Dinguette, 5km réservés exclusivement aux femmes. C’est le premier Trail de ma femme, et je suis fier d’elle.
19h30 arrive vite, je laisse le p’tit monstre à Madame qui vient juste d’arriver, elle est fier d’avoir terminé mais bien claqué. Un bisous et hop je file vers le départ avec les copains.

Raid Dingue

Un premier départ est donné en centre ville, un peloton de 96 coureurs passe devant les commerces. Puis au bout de 800m, nous nous retrouvons à la sortie de la ville. C’est ici que la course va commencer.
L’organisateur, nous brief un peu sur le parcours, je décide de partir avec Stéphane et Laetitia. Bertrand est au taquet aux avant-postes, et Jérôme se place en retrait. On allume les frontales, et c’est parti mon kiki.
On part plus ou moins tranquille sur une route, puis on rentre rapidement en forêt. Bizarre, si on suit le balisage, il n’y a pas de sentier, ni de single, rien de propice pour dérouler la foulée. Bon ben, on va faire gaffe où l’on pose les pieds et on verra…

départ de la Raid Dingue
Stéphane est devant, imprime notre rythme, puis au 2ème kilomètre s’arrête pour refaire probablement ses lacets. Laetitia est devant moi. On arrive à un échafaudage, C’est le début de la réserve aux sangliers. 2,5km difficile, d’un terrain labouré par les sangliers, truffé de cailloux, bref, pas le top non plus pour avoir un bon rythme. Je prends le relais de Laeti et m’assure régulièrement qu’elle est bien derrière. On attaque les premières côtes qui sont bien raides et c’est dans l’une de celle ci que je perd Laetitia. Je me dis qu’elle a dû attendre Stéph. La réserve à Sanglier est bien costaud, entre les cailloux partout, l’absence de chemin, le profil en dévers, on est servi…
Je sors enfin de la réserve, et nous voilà le long d’un champ, les pluies de la semaine, font que ça colle bien. Merci mes Speedcross, j’aurai bien galéré sans. Un bénévol annonce le classement, je suis 44ème. Je ne m’enflamme pas on est qu’au 7ème, et pour le moment j’ai les jambes, vu le parcours cela ne va pas durer, surtout qu’au retour on reprendra le même chemin. En effet à partir du 11ème, on effectue une boucle, et on rattrape le parcours aller aux 19ème pour rentrer à la maison.
Le peloton s’étire de plus en plus, et je suis de plus en plus seul au monde, avec ma frontale. J’adore cette sensation.
Au bout d’une heure de course, et à peine plus de 9km parcourus, j’arrive dans un village, un peu de lumières vient troubler cette virée nocturne puis le parcours se renfonce dans la forêt. J’en profite pour prendre mon 1er gel, un  Chocolat Outrage, j’adore son goût, et il passe bien. La brume s’invite sur le parcours, ce qui pourrait être sympa, mais ça gêne niveau visibilité. Quand le parcours le permet, et qu’il y a un semblant de sentier, j’arrive à dérouler un peu (la montre affiche des vitesses entre 10,5-12km/h de la folie 😉 ), mais bon ces moments sont bien rare. Non pas que je n’ai pas les jambes ni le souffle. Non-non, c’est le parcours qui est technique. Et les côtes sont bien costauds. Preuve en est que sur l’une d’elles, il y avait une corde pour arriver à grimper. Bref, c’est du costaud cette Raid Dingue.
J’arrive enfin au point d’eau, cela fait 1H40 qu’on court, pour à peine 14,5km. J’en profite pour recharger une seul de mes flasks. J’aurai dû prendre le temps de remplir les deux. Car même si pour le moment, je n’ai pas consommé beaucoup d’eau, la suite m’en fera consommer beaucoup plus.
Je repars donc rapidement, au passage, je double 4 à 5 coureurs qui restent encore un peu sur le ravitaillement. J’ai toujours les jambes, la tête va bien. On continue d’enchaîner les côtes, je marche et je relance une fois en haut. Alors que j’approche les 2 heures de courses, et que je viens de passer le 17ème kilomètres, je profite d’avoir un peu de réseau pour téléphoner à Madame. Ça me file un bon coup de boost au moral, qui commence tout doucement à décliner, proportionnellement aux côtes qu’on avale.
J’arrive au 19ème, je reconnais le parcours qu’on a emprunté un peu plus tôt. J’avale un second gel, cette fois c’est Fraise-banane. Ils sont vraiment bon ces gels Gü. Vient ensuite le passage dans le village, Je rattrape un coureur avec qui je resterai jusqu’au 24ème. Une grosse côte à eu raison de moiet il en a profité pour s’évaporer dans la brume. Arrive enfin l’entrée du parc aux sangliers, j’en suis à 3 heures de courses, j’ai les cuisses en feu et ce n’est pas sur cette partie du parcours où je vais pouvoir courir. Je bois de plus en plus et ma 1er flask est vide. Je prend également mon dernier gel. Je suis bien rincé, et j’en profite pour appeler ma petite femme pour me booster. Le moral est un peu regonflé et je décide d’accéléré le pas. Je ne cours pas, mais j’essaie d’avoir un bon rythme de marche. Chaque côte brûle un peu plus les cuisses. J’appelle également Bertrand. Il vient de finir, il a mis 3H11 et se classe 11ème. Il a géré le salop. Il a l’air mal au téléphone, avant de raccrocher, il me dit « fait gaffe sur la fin ça colle. » Sur le coup, je ne comprends pas trop…

Alors que je vais bientôt sortir de la réserve la 1er féminine me double, mon ego me pousse à courir un peu derrière elle, sur une légère descente,mais mes jambes me rappellent à l’ordre.

« Allez plus que 2,5km, t’as fait le plus dur mec, la bière n’est plus très loin » Je ne sais pas si c’est le fait qu’il ne reste plus que 2,5km, ou si c’est que la bière n’était plus très loin mais j’avais hâte d’en finir. Encore quelques côtes et voilà qu’on sort de la forêt. Et là, j’ai compris les mots de Bertrand. Et oui effectivement, la fin de parcours emprunte le bord d’un champ, et un fossé, qui après le passage des différentes courses, La Raid Dinguette, et la mini Raid Dingue, se sont transformées en un bain de boue bien collante. Alors que j’avais réussi à recourir un peu, avant la sortie de la forêt, là j‘ai repris la marche. Je termine ma dernière flask, je suis à sec, et il me reste moins d’un kilomètre à faire. Je me fais doubler par 3-4 coureurs, mais peux importe, le classement ne m’importe plus, je veux en finir. Je reçois un SMS de ma petite femme, qui m’encourage, je l’appelle pour prendre une dernière bouffée d’énergie et alors qu’on sort du champ, je reprends la course.

Raid Dingue


4
00 mètres à parcourir, la fin est là, je distingue le gymnase, je vois deux concurrents qui venaient de me dépasser le long du champ, ils sont à moi, je vais les doubler… Je continue de courir, j’ai l’impression d’être en sprint ( Juste l’impression ;) ) et voilà, c’est fini 3h52 à la montre. Je me classe 45ème.

 

J’ai les jambes bien raid, je m’arrête aux ravitaillements et vois Jérôme assis juste à côté. Il me fait signe qu’il a abandonné. Je le rejoins et m’annonce qu’il a jeté l’éponge aux 20ème. Je lui demande s’il a vu Bertrand, il m’informe qu’il est mal au point et qu’il arrive.

Aller direction la douche du gymnase et la Pasta partie. Et oui, ils savent recevoir à la Raid Dingue.

raid dingue seb

Sébastien l’organisateur de la Raid Dingue.

 

Ce que je retiendrais de cette course, c’est que le parcours est plutôt bien Raid, et je confirme faut être dingue pour prendre le départ. J’ai entendu certains concurrents, dire que ce Trail était plus dur que certains trails de montagne. Malgré tout, j’ai pris du plaisir. J’ai encore du taf pour ne plus subir sur la fin de parcours, mais comparé à mes précédents trails, celui-ci était bien corsé, et je suis donc satisfait de mon résultat.
Je reviendrais l’année prochaine, ça c’est sûr. Je suis devenu Raid Dingue de cette course. 

Les résultats sont disponibles ici:

résultat  Raid Dingue (31 km) 2014résultat Mini Raid Dingue (11km) 2014résultat Raid Dinguette (5km) 2014

2 commentaires

  1. Super! Je l’aurai bien faite (j’aurai essayé de taper Bertrand!!) mais par procuration c’était pas mal aussi!! J’imagine bien la fin, les jambes qui agonisent et il faut tout de même se taper des kilomètres tous gras…
    Bravo monsieur le raid dingue!!

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :