Laurent – Le retour… C’est dur

3

IMG_2266Depuis la Pisciacaise j’avais un peu décroché. Même l’euphorie de mon premier chrono n’a pas suffi à me pousser. Jeremy a bien tenté également, en bon coach qu’il est, mais avaler les séances de fractionné comme il le fait c’est un peu dur, même si je sais que ça paie. Mais bon,, j’ai pas le même objectif chronométrique et si je m’approche des 45′ lors des 10km de l’équipe, ce sera déjà pas mal.

Après sa Kangoucourse, Jerem allait baisser un peu l’intensité des séances, et faire des séances  un peu plus sympa. La semaine dernière, il m’appelle et me dit : « bon je calme l’entraînement 2 semaines donc c’est le moment pour toi de reprendre l’entraînement  poulet, tu vas voir je vais t’emmener courir en forêt et tu vas de nouveau rechopper le virus. »

1er sortie jeudi 25 avril, température 25°. Le top comme temps, mais mon souffle moins, en plus une douleur m’est apparue dans le ventre. #enmodegrosselarve.

Pas grave, je suis: car je suis un warrior, Jerem ralentit et comprend vite que s’il veut rentrer plus vite, il faut me ménager car sinon, on risque de finir en marchant. Bon, je finis, j’ai morflé.

On se quitte en programmant la prochaine sortie running. Et il m’annonce qu’il va me préparer une petite séance vallonnée aux petits oignons. Je n’aime pas les oignons, ça fait pleurer!

2ème séance me voilà, j’arrive sur place et je le vois déjà à fond avec son tel à la main, en mode je prends des photos. Oh le con! je vais morfler et en plus il va immortaliser ça Grrrrr.

 

IMG_2267On attaque, et là, on ne prend pas le sentier de d’habitude. Ah oki on prend un petit single tracks. Et là, je le vois partir à son rythme, je lui rappelle que 13km/h c’est sympa mais pas top. Du coup il me laisse les commandes. Bon, ce nouveau passage est sympa, c’est roulant et je me prête au jeu, mais bon le cardio me rappelle à l’ordre. Jerem calme le jeu un petit peu. Arrivé à la première vrai côte je le vois accélérer et me crier « reste à ton rythme ». Je me dis « bon, il profite des côtes pour les faire à fond ». Arrivé au sommet, je le vois avec son tel et hop, suis dans la boîte. Fumier va…

Le parcours se déroule suis à 11,5km/h de moyenne, je demande quand même: « c’est bizarre, je suis à un bon rythme mais la moyenne est bof. » « Ben oui » me répond Jerem, « je ne sais pas si t’as vu et senti, mais le parcours n’est pas plat. » Effectivement je n’avais pas réfléchi à ça. 2ème grosse côte rebelote, je me fais prendre en photo. Jerem s’amuse même à filmer en courant sur le petit sentier d’après. Ce salaud, la sortie est facile pour lui. On arrive à la dernière côte, au 9km environ, mais là, plus de jambe, je suis obligé de marcher. Jerem m’attend en haut mais ne sort pas l’appareil et préfère me rebooster. Ce qui marche bien, car on finit en accélérant. Je tente même de doubler Jerem qui s’est positionné en lièvre quand il a vu que je voulais relancer. Et puis j’ai tenté une accélération à 200m de l’arrivée mais là, pas possible. Jerem m’a entendu accélérer ma foulée et a réagi direct. Je l’ai vu se mettre à sprinter, ce qui a eu pour effet de me couper les jambes. Lors des étirements, il m’a annoncé qu’avant son sprint, on courrait à plus de 15km/h sur au moins 700m. Ça fait plaisir

 

IMG_2274Bon, du coup j’ai compris, coach, même si je ne viens pas courir avec toi, j’irai de mon côté car niveau cardio j’ai ramassé.

 

3 commentaires

    • Jerem B (530 commentaires) le

      Ce qu’il ne dit pas c’est qu’il aime souffrir, et que sans coup de pied au cul il n’y va pas. Moi je force personne. Alalalala toujours en train de se plaindre ce Laurent

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :