Derniers préparatifs pour l’ Ironman de Maastricht S-2

0

Salut les GEEKS

Cette semaine on parle de course à pieds ! Autant dire surement la partie la plus simple à gérer pour la pluspart d’entre vous, étant je pense, majoritairement des RUNNERS. Pour ce qui est des entrainements rien de vraiment nouveau par rapport à une préparation marathon classique, des sorties longues et des entrainements types « fractionnés ». Mais à la différence qu’il vous sera quasi impossible de faire 3 à 4 voir 5 sorties par semaine comme pour une préparation marathon normale. en effet, les sorties vélo étant chronophage au possible et la natation plutôt éprouvante s’il ne s’agit pas de votre discipline de prédilection, vous risquez très rapidement de ressentir la fatigue ou pire, une blessure ! Il faudra également prendre en compte que le jour de l’Ironman, selon les performances de chacun en natation et à vélo, cela fera déjà entre 5 et 10 heures que la course aura démarré, soit déjà une BELLE journée de sport et que ce sera à ce moment là qu’il faudra partir pour LE marathon.

L’entrainement physique et technique

IronmanMon conseil sera donc de privilégier dans une première partie de saison un travail d’endurance à base de sorties longues. une fois par semaine une sortie entre 15 et 25 Km, et une sortie plus courte, 8 à 12 Km, à un rythme plus soutenu, légèrement au dessus de celui que vous souhaiteriez le jour de la course. Dans une deuxième partie de la saison, de 12 à 10 semaines de la course, placez une séance de travail d’intensité type « fractionné » afin de faire un bon travail sur votre VO2max. Cette séance peut facilement prendre la place de la séance courte. Personnellement je ne pense pas utile de courir un marathon durant la période de préparation car, à mon sens, cela risque de créer une grosse fatigue physique dans une préparation déjà bien chargée. De plus le marathon de fin d’un Ironman ne ressemblera en rien à celui effectué dans la saison (température, préparation physique, fraicheur au début de l’épreuve). Mais encore une fois rien n’est figé et pour certains cela peut être un bon moyen de finir une grosse semaine d’entrainement. Attention, la récupération post-marathon peut prendre du temps selon les niveaux de chacun mais il faudra ralentir dans les une à deux semaines qui suivront. II sera également intéressant de faire quelques séances de transition au cours de votre préparation (bascule du vélo à la course à pied), par exemple après une sortie vélo de 2 à 3h, à peine arrivé chez vous chaussez vos runnings favorites et partez pour 15 à 20 minutes de course à pied. Cela aura pour but d’habituer votre corps au changement de sensations.

La nutrition

IronmanEncore une fois pas de grosse différence avec la nutrition habituelle, il faudra juste penser à bien boire sur les derniers kilomètres du vélo afin de ne pas être en déshydratation dans les premiers kilomètres du marathon. Suivant les préférences de chacun, gels, barre, fruits, etc.., il existe un grand nombre de produit sur le marché, il peut être intéressant de prendre contact avec l’organisation de la course à l’avance afin de connaitre quels types de produits voire quelles marques seront disponibles sur l’épreuve et les tester afin de ne pas avoir de mauvaises surprises le jour de la course.

Le matos..

Pour le matos, pas de place à l’improvisation, votre paire de running qui vous suit depuis quelques semaines sera parfaite, moins de risque d’avoir des ampoules ou autre problème qui pourrait vous obliger à revoir vos objectifs de temps, voir même, vous contraindre à l’abandon. Pour le reste de la tenue certains opteront pour une tri-fonction, d’autres pour un tri-top et un tri-short et d’autres encore pour une tenue de running classique. Ce choix vous appartient entièrement mais voici mon point de vue.

La Tri-Fonction : Sur un Ironman vous allez passer une journée à faire des efforts, la tri-fonction présente bien sur l’avantage de ne pas avoir à se changer au cours de la journée, donc un vrai gain de temps lors des transitions. Par contre pour les envies naturelles, là je ne vous en parle pas. Il vous faudra opter pour une fermeture sur l’avant et une peau de chamois qui saura se faire oublier lors des 42Km du marathon.

Le Tri-top/Tri-short : C’est le bon compromis pour ceux et celles qui ne souhaitent pas perdre trop de temps aux transitions et il a un côté bien plus pratique pour d’éventuels stop pipi.

La tenue running classique : Pas de surprise, surement la tenue la plus confortable pour votre marathon, il faudra néanmoins prendre quelques secondes de plus voir des minutes pour vous changer. Mais pour moi c’est le meilleur moyen de parcourir votre marathon dans des conditions optimales.

Conclusion

IronmanMême si pour la majorité d’entre nous la course à pied semble être la partie la plus simple d’un Ironman, il s’agit tout de même d’un MARATHON, une distance déjà mythique pour bon nombre de runneurs. Si à cela on ajoute le fait que l’on aura déjà parcouru 3,8 Km à la nage et 180 Km à vélo autant dire qu’il s’agira là pour un bon nombre d’un Everest à gravir avant de franchir la ligne d’arrivée.

Le maitre mot lors d’un Ironman est pour moi le mot GESTION. Pas de place pour l’improvisation, il vous faudra gérer votre effort afin d’aller jusqu’au bout, rester lucide au maximum pour s’hydrater et s’alimenter régulièrement. Gérer les éventuels « fait de courses », coups et orientation dans la partie natation, crevaisons à vélo, douleurs diverses et fatigue en course à pied. Malgré tout cela, un Ironman reste une superbe expérience sportive et humaine, et que l’on soit premier ou dernier, franchir la ligne d’arrivée est une véritable victoire personnelle.

Julien

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :