Compte Rendu de la « TVTC » Tu viens tu cours 2016 – 12km

0

Juste après avoir abandonné mon marathon des Écluses, j’ai voulu raccrocher un dossard rapidement et surtout me faire plaisir. Cela tombait bien la TVTC tombait la semaine suivante.
J’ai à peine eu le temps de digérer mon échec, de récupérer des cuisses, que c’était déjà le jour JTVTC 2016

La TvTc c’est 12 ou 24km à travers champs, forêts et pour finir un peu  de ville. L’an passé j’avais déjà adoré la deuxième édition. Aussi j’ai hâte de retrouver l’esprit conviviale de cette course et de me faire plaisir sur ce parcours.

Cette année Bertrand ne cherchera pas  le top 10 comme l’année dernière il préfère m’accompagner. Peut-être pour se faire pardonner de ne pas être venu sur le marathon ;p.
Matthieu, avec qui je cours régulièrement, est de la partie, lui par contre vise un top 10. Une vraie gazelle.

On récupère les dossards dans un gymnase, il y a même des vestiaires et des consignes, ce qui est plutôt top pour une course de cette envergure. D’ailleurs heureusement qu’il y a un gymnase car il fait plutôt frais ce samedi soir.

Je croise Jérôme, Mag et son mari Guillaume qui sont sur le 24km. Je pense reconnaître Gwen que je connais uniquement via les réseaux sociaux, mais je pense halluciner car elle habite le Morbihan à 500km d’ici.tvtc

A 19h les participants du 24km s’élancent, j’encourage Mag et Jérôme. Guillaume est déjà aux avant-postes. On se rapproche de la ligne de départ, un échauffement collectif est proposé au rythme d’une Zumba.  On se place bien sur la ligne de départ, surtout Matthieu, moi ce soir je suis là pour me faire plaisir et être finisher.
19h30 c’est enfin à nous. Les Dunes d’espoirs sont parties 2 minutes avant nous, l’an passé je les avais rattrapées vers le 4ème kilomètre.

tvtc2016-002Alors que Matthieu part comme un lapin (il restera 1er pendant 2-3km), je gère mon départ, pas trop vite, mais pas trop doucement non plus, il ne faudrait pas se retrouver bloqué non plus. Le 1er kilomètre  est propice pour envoyer donc ça va, je l’avale en 4’14, houlà va falloir se calmer ;p, surtout qu’après ça grimpe, doucement mais surement (+35m dans la gueule ;p) du coup l’allure s’est calmée d’elle-même. Je me fais doubler c’est le jeu, mais je préfère assurer. Surtout que les difficultés arrivent après la mi-course de mémoire. Bertrand reste avec moi et me permet de conserver une bonne allure sans me laisser porter.

Le 1er mur arrive peu après le 5ème km, ça brûle les cuissos, je pense à marcher, mais le temps d’y réfléchir me voilà déjà en haut. Je ne relance pas tout de suite la machine histoire de récupérer un peu. On attaque ensuite la 1ère portion de forêt et ses singles. Le rythme est plus cool, il est presque impossible de doubler à moins de jardiner. Je m’amuse pas mal sur cette partie.  Il y a quelques murs moins sympas, mais qui dit côte dit descente à plus ou moins court terme donc ça va, y’a moyen de garder le rythme. Arrive le ravito vers le 7ème kilomètre je ne m’y arrête pas. J’ai mon sac avec mon hydratation et un gel auquel je n’ai pas touché. Avec le recul, quel con j’ai été, j’aurai dû le bouffer, je l’ai payé vers le 10ème, dans un énième faux plat… On revient ensuite sur Villiers, c’est bientôt la fin, encore 2 kilomètres à parcourir. Une belle descente suivie d’un bon faux plat casse patte sur un chemin pour tracteur, puis un dernier petit mur en goudron avant de replonger vers la ligne d’arrivée.

Les derniers 500 mètres sont propices pour envoyer, mais je n’ai plus la force d’accélérer, je me fais doubler sans rien pouvoir y faire. Je suis tout de même proche des 15km/h dans la dernière ligne droite.
1h03’02’’, et classé 70ème. Je gagne un peu plus de 4 minutes par rapport à l’an passé, ce qui est top contenu de la semaine dernière. C’est également top d’avoir pu partager une course avec Bertrand, car la dernière fois  c’était à l’Origole en décembre 2014

tvtc

Matthieu finit 7ème avec un chrono canon de 51 minutes tout pile. Alors que je profite du ravito bien garni (saucison, chips, chocolat…), et de la bière, voilà qu’arrive Guillaume, il se classe 2ème du 24km, une vraie machine.
J’envoie un message à Gwen « j’ai croisé ton sosie sur une course dans les Yvelines » et finalement ce n’est pas son sosie mais bien elle. Elle est venue dans la région pour fêter l’anniversaire de sa sœur J et prévoyante elle a pris ses affaires de course.

On partagera donc une bière car #labièreCestLavie,et un trail sans bière à l’arrivée ce n’est pas un trail ;p
Du coup on s’est donné rendez-vous l’an prochain pour la 4ème édition.

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :