CR-Trail des Raids Dingues 2016 – 16km

2

raid-dingues-2016-afficheAprès la TVTC (où je me classe 7ème sur le 12km), le Bike&Run de Plaisir (classé 3eme sur le 15km), aujourd’hui je m’attaque aux 16km du Trail des Raids Dingues !

L’objectif de la rentrée était bien le Run&Bike de plaisir que je que termine à la 3ème place avec un collègue de travail. Mais pour ceux qui connaissent notre ami Jeremy, toujours à fond pour faire des courses, il me motive pour le 16k des Raids Dingues (bon pour ceux qui me connaissent, il en faut peu pour me motiver ;p).

Une semaine un peu fatigante pour moi. Reprise après le Bike&Run. Déménagement de nuit au magasin. Remplacements. Un petit 8h/22h30 le vendredi, … Bref plus beaucoup de motivations et de jus dans les jambes le jour J. Pas vraiment confiant pour mon objectif top 10 que je m’étais fixé, je me motive donc pour un top 15 au finale, alors que Jérem me chauffe pour un top 5 !

Sur cet événement, on va retrouver plusieurs distances, avec le 8k, le 16k ainsi que le 33k (enfin un 31k au final). Très bon accueil, Jérémy avait déjà fait la course il y a 2ans. Belle infrastructure et des bénévoles à fond les ballons. Prise des dossards, partage avec des staffeurs et coureurs, bref, on est bien !

Veste coupe vent, pas veste coupe vent, … Pas veste coupe vent.

Bientôt le départ, on y retrouve les copains. Les filles sont prêtes, un peu anxieuses à l’idée de peut être, croiser les sangliers, qui font la réputation de cette course de nuit. Les gars, sont là pour s’amuser et ils ont bien raison !

Les 33k partent, un tour d’honneur et quelques mètres plus haut, le vrai départ. Nous attendons notre tour maintenant. Rendez vous avec la voiture ouvreuse, je scrute quand même mes concurrents.
La stratégie est prête dans ma tête, vu que j’ai pas les jambes, ils prendront les devants, je lance quelques attaques, je m’économise sur les côtes et je les termine aux 14ème km. Enfin sur le papier ça fonctionne bien.

Départ dans le noir, dernières indications par l’organisation, les derniers pipi (toujours aussi drôles !)
Et top on y va !

Toujours pareil, je cherche ma place, et le départ est un peu lent à mon goût. Au bout de 500m, premier virage à droite, je donne ma première attaque ! Les autres répondent bien, petit groupe de 10 je pense, puis le groupe casse et nous nous retrouvons à 7 ou 8 personnes. L’allure me va, je reste confort, en tête (avec celui qui finira 2ème à l’arrivée Rudy).Première côte, je teste le groupe, je m’économise et je laisse volontairement passer 2 coureurs.

Petit single en forêt, du changement de rythme comme j’aime, je me fais plaisir et je passe en tête. Comme un chien fou, j’accélère mais ils sont là ! Une flèche passe, je redeviens raisonnable, il ne faut plus attaquer ! On reste ensemble avec Rudy, quelques relais, et … Bam, j’arrive pas à reprendre le relais !

Pourquoi ???
Je ne sais pas, aucunes explications, je le laisse, je me dis qu’il va craqué à la prochaine côte…
Regard en arrière, je suis seul, aucunes loupiotes à l’horizon, je récupère légèrement, je bois un coup et on y retourne.

“On y va !”
Oups, j’ai relancé trop tard. Au loin, des pas et une respiration rythmée, Christophe arrive ! La machine remonte et doit remonter au plus vite. Petite tape sur l’épaule “on y va !” On fait une partie du chemin ensemble, avec des relais. Mais je craque, il avait peut être faim de sanglier !
Seul, et encore seul. Mais pas grave je m’éclate bien, je reste confiant, je pense être 4eme à ce moment là, alors que je me fixais un top 10.

Passage sur le plat dans les bordures de champs, mon point faible, plus de relance, et encore un lièvre au loin, en noir juste avec sa RunLight, discret tout en noir. Mais trop rapide, il ne fait que passer, voici Nathan, qui ne fait que passer.

Passage sur l’échelle , pour passer dans l’arènes  des sangliers. Merci les staffeurs (et désolé pour la seule staffeuse du groupe à ce moment 😛 ).Terrain en dévers, les pieds instables et des parties bien raides. J’y croise des coureurs du 8km, donc bientôt l’arrivée.Et la bim bam boum, comme je me l’était  dis, 14eme km je lance la machine !

Dernier passage compliqué à la sortie du champ avant de passer en ville. Les derniers mètres sont avalées plus rapidement.

Au final, je croise une partie du groupe de tête du 16k, et un des staffeurs , ils m’annoncent que je suis 3ème, je suis un peu surpris et j’y crois moyen. On debrief, on rigole et fait connaissance. Bref bien cool l’ambiance.

Le coureur de tête, a fait une erreur de parcours, ce qui fait qu’à ce moment là il n’était toujours pas arrivé.

raid-dingues-2016-03Jérémy arrive, lui qui voulait juste terminer le 16k en moins de 1h30min. Il le termine en 1h28min ! Bravo champion Ca sent bon pour sa Monna Lisa, course qui fait partie du Festival des Templiers. Il déplore tout de même une petite entorse…

Place à la Pasta Party avec une bière (pour la récup’) Au final, je ne serais pas sur le podium (et moi qui venais d’annoncer à mon boss que je serais dessus )
Je termine 4ème en 1h10min et pas un poile de sangliers !

2 commentaires

  1. Nicolas (6 commentaires) le

    Hello. Merci pour ton récit très sympa !
    Pourrais tu détailler ton matos pour ce genre d’épreuve ?

    • Salut Nicolas, alors, vu que Decathlon, m’encourage très fort pour mes courses trail. J’étais pour celle ci avec le matériel suivant:
      – short de Trail (avec le cuissard de compression)
      – Chaussette de compression Kalenji
      – Kiprace 3 (la seule chaussure de Kalenji qui me va, et parfaite pour envoyer de la vitesse)
      – Manchette (il a fait un peu froid quand même)
      – Une première couche ( parce que oui il faisait bien froid)
      – T shirt Trail performance Kalenji

      Pour la lumière, j’avais mon éternel, le Runlight, ainsi qu’une frontale la Onnight 410 de Geonaute. Ainsi qu’une petite flask souple Salomon que je n’ai pratiquement pas utilisé.

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :