Retour sur les 20Km de « Paris St-Germain-en-laye la course »

0

Tout commence un soir d’hiver ou mon téléphone s’est mis à sonner; au bout du fil, Clarisse, une amie runneuse. Echange de banalités, « salut comment ça va, bien et toi…. », rien de bien folichon. Lorsque soudain, à la question « quoi de neuf? » je glisse un petit « rien de spécial, ce matin j’ai couru 10Km pour commencer à éliminer les excès  des fêtes de fin d’année ». Elle a trouvé ça beaucoup, elle qui court 2 à 3 fois par semaine mais jamais plus de 10Km. c’est quand je lui ai dis qu’elle était largement capable de courir au moins le double qu’on a fini par chercher une course de 20Km pour le printemps, et « BOUM », nous voila inscrit pour les 20Km de « Paris St-Germain-en-laye la course« . Son objectif, entre 2h15 et 2h30. Mon objectif de coach pour elle, 2h. c’est donc quelques mois plus tard et après quelques consignes pour sa préparation que nous nous retrouvons a J-1 pour le retrait des dossards.

Paris St-Germain-en-laye la course

Le retrait des dossards

Le retrait des dossards se fait obligatoirement la veille ou l’avant-veille de la course « Paris St-Germain-en-laye la course« , impossibilité de retirer son dossard le jour même avant le départ car le retrait ne se fait pas au niveau du départ au jardin d’acclimatation mais au pied de la tour Eiffel au centre sportif Emile Anthoine. une foi entré dans le gymnase l’ambiance est chaleureuse et conviviale, des stands sont instalés ou les marques spécialisées vendent chaussures, vêtements techniques et ceinture porte-dossard, mais aussi des montres GPS, cardiofrequence-metre et tout le nécessaire pour une bonne alimentation lors de la course. Les organisateurs sont accueillants et efficaces, a peine 2 minutes et nous voila avec notre petit sac. Première déception de l’aventure, aucun goodies offert, le T-shirt de la course « Paris St-Germain-en-laye la course » est payant ainsi que le ticket de RER pour retourner au départ après la course. petit tour devant les tableaux avec tous les inscrits, nous sommes 4500 participants. il est temps maintenant de rentrer faire un bon repas et passer une bonne nuit.

Jour J, « Paris St-Germain-en-laye la course« 

Le départ

Paris St-Germain-en-laye la courseCa y est, on est au pied du mur, le réveil sonne a 6h, je me lève, j’ouvre les volets, et là, mauvaise surprise, il pleut, et ça n’a pas l’air d’être parti pour s’arrêter. je m’habille léger quand même car il va faire chaud malgré cette pluie battante, 15°c d’après l’I-phone. j’emmène de quoi nous ravitailler, 500mL de boisson anti-oxydante, une barre énergétique PowerBar avec un gel Gü et des sucres isostar. je passe prendre clarisse chez elle et nous voila arrivé a 7h30 au jardin d’acclimatation pour un départ prévu a 8h, on est LARGE. l’ambiance est géniale, il y a de la musique et on peut sentir une certaine euphorie générale, seul bémol a tout ça, il n’y a pas de toilettes (ou alors nous ne les avons pas trouvé). AÏE, et notre pipi de la peur on le fait où? bon ba on va faire comme tout le monde, il y a le coin foret des filles, et le coin foret des garçons. une foi ces formalités faites nous nous dirigeons vers les sas de départ, discrètement je nous emmène dans le sas des 2h. il est 7h55 et l’ambiance a changée, la pression monte, Clarisse est tendue, elle ne parle plus, et il y a toujours cette pluie froide qui nous tombe sur la tête. Tout le monde se regarde du coin de l’oeil en se demandant si un tel court plus vite ou s’il a fait le bon choix vestimentaire pour cette course. 5, 4, 3, 2, 1, PAN, c’est parti pour la « Paris St-Germain-en-laye la course« , la foule commence a avancer devant nous, 2 bonnes minutes sont nécessaires pour que nous passions la ligne de départ. surtout ne pas oublier de déclencher la montre Garmin, ça y est, nous y sommes, nous passons la ligne, en un quart de seconde toute la tension qui est en nous disparait, un sentiment de bien-être nous envahis, on est bien, je regarde clarisse, elle sourit c’est bon signe.

La course

Au bout d’une minute de course la pluie s’arrête de tomber, on dirait bien qu’une bonne étoile vient de se placer au dessus de nous pour nous faciliter la vie mais aussi pour nous surveiller je pense. Les trois premiers kilomètres sont agréables, le long du bois de Boulogne, la route est large et entièrement fermée à la circulation, plates, et même en légère descente, notre foulée est plutôt bonne même si on est parti un peut lentement (6’20/Km). Arrivé aux portes de Suresnes nous tombons sur la première difficulté de cette course.

Le mont Valérien

Paris St-Germain-en-laye la courseUne ascension de 80 mètres sur 1,5Km, une montée difficile de 10 minutes dans les rues de Suresnes. Je décide donc de passer quelques consignes à clarisse, de jouer mon rôle de coach à fond: « surtout, ne montes pas trop vite et fais des petits pas ». Mais à ma grande surprise, elle est monté comme une fusée et sans trop se fatiguer. arrivé en haut nous passons le premier ravitaillement, je lui dis de prendre un grand verre d’eau et un quartier d’orange, dommage qu’il n’y ait pas eu de salé, pour retarder l’apparition des crampes il n’y a rien de mieux. nous quittons donc ce premier ravitaillement à 5 Km très rapidement pour attaquer la grande descente qui suit à un rythme plutôt soutenu, 3 Km de descente en ville qui nous amènent au 8eme Km et dans une longue phase de plat.

La phase de plat

nous avons déjà avalé 8 Km d’asphalte, on en est a 50 minutes de course et nous n’avons pas vu le temps passé, physiquement on se sent bien et régulièrement on s’alimente entre les ravitaillements avec de la boisson anti-oxydante et des sucres énergétiques, j’en profite donc pour légèrement augmenter notre allure sans que Clarisse ne se rende compte de rien (bon en fait je crois qu’elle m’a grillé parce qu’elle aussi a une montre cardio-GPS). 10 Km, la moitié, on passe en 1h02, toujours pas de douleur, une allure dans les objectifs et toujours une bonne ambiance sur le bord et dans la course, en revanche les ravitos sont toujours aussi pauvre, orange et eau. arrivé au 11ème Km la course empreinte un chemin de allage goudronné le long de la Seine dans une énorme ligne droite ou le paysage et la route ne changeront pas pendant plus de 7Km, le cadre est magnifique, mais cette ligne droite nous plonge dans une certaine monotonie qui finira par devenir éprouvante pour le mental. Heureusement Clarisse a un mental d’acier, même si je sent bien qu’arrivé a 16 Km ça commence à devenir dur. arrivé au 18 ème Km, dans notre tete le paris est déjà gagné, mais il reste une dernière difficulté.

L’arrivée de « Paris St-Germain-en-laye la course« 

Paris St-Germain-en-laye la courseCette difficulté c’est la monté vers le château de saint-germain-en-laye, 2km pour faire 70m d’ascension. on arrive au pied du mur en 1h50, je sens que l’objectif des 2h est encore possible si on ne lâche rien dans cette monté et qu’on accélère un peu, la majorité des concurrents finissent ce dernier passage en marchant mais pas nous, on grimpe en courant, en faisant des petits pas, à son rythme, arrivée en haut il ne reste plus que 500m a faire dans le jardin du château, la foule est en délire (bon là je m’enflamme, mais l’ambiance est au top), dernière accélération pour passer la ligne d’arrivée, ça y est, on l’a fait, arrêt du chrono: 2h05 pour boucler les 20Km de « Paris St-Germain-en-laye la course« . Objectif largement atteint pour Clarisse mais aussi pour le coach (on est pas à 5 minutes près). passé la ligne on reçoit une énorme médaille et pleins de fruits sont à notre dispositions, pastèques, oranges, bananes, raisin… on fait le fameux « selfy-finish » et nous nous dégourdissons les jambes en retournant à la voiture.

Au final on aura passé une super matinée avec cette course agréable et relativement facile pour un 20 Km malgré ces 2 montées plutôt raides qui rajoutent un peu de piment dans le parcours, et un grand bravo à Clarisse qui boucle son premier 20 km en 2h05, vous pouvez retrouver ma course sur Strava ici.

 

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :