Compte rendu Garmin Triathlon de Paris 2016

2

Le grand jour est arrivé, vous avez pu suivre ma préparation sur le blog, semaine après semaine quasiment depuis le Marathon de Paris. Entre une remise en route pas facile facile, des coups de fatigue et autres petits bobos, la préparation pour le Garmin triathlon de Paris n’a pas été si simple que cela, sans pour autant avoir été chaotique.  L’avantage est que je suis arrivé assez frais pour la course…

Garmin triathlon de ParisQuand on pense Garmin triathlon de Paris, on pense à un grand événement, dans une des villes les plus belles du monde. Je pense que l’événement est à la hauteur de la réputation de la ville. Très bien organisé, beaucoup de bénévoles à tous les points sensibles. Ce triathlon est quand même une épreuve à laquelle il faut absolument participer si on aime le tri, ou simplement croiser les sports. Le site internet du Garmin triathlon de Paris est pratique, tout y est expliqué et même plusieurs fois afin de bien comprendre tous les aspects logistiques de la course. Parce que évidement lancer plus de 1600 triathlètes plus ou moins confirmés dans un bassin à 10km de Paris pour nager et les retrouver à courir autour de la tour Eiffel ça demande de l’organisation et sur ce point c’est pouce levé !

Le retrait des dossards

Le retrait des dossard se faisait sur le site de l’arrivée, le stade Emile Anthoine. La routine avec les certificats, pièce d’identité etc, explications concernant les différent sacs, et les goodies 🙂
Nous avons été gâtés je trouve, les bonnets de bain sont classes, ça fait un souvenir. Une cure de spiruline d’un mois d’une valeur de 30 euros. Un buff et une paire de chaussettes siglés Garmin triathlon de Paris. 2 stick de Stimium et pour les finishers un t-shirt technique et la médaille. Au retrait des dossards, il faut également laisser un sac avec les affaires de transition T2, mes Hoka Vanquish ont passé 2 nuits dehors, malgré la pluie elles étaient nickel. Voilà pour le vendredi…
Garmin Triathlon de ParisJ’ai décidé de déposer mon vélo le samedi pour être tranquille le dimanche matin. Donc samedi après midi, je suis allé déposer mon vélo au parc interdépartemental des sports de Choisy le Roi. Il n’y avait pas trop de monde, j’ai fait cela en quelques minutes et au moins j’étais tranquille. J’en ai profité pour visualiser les différents points de départ, la sortie de l’eau et le cheminement jusqu’au parc vélo.

Le jour J: GO GO GO !

Allez je vous fais une confidence, j’avais une certaine appréhension avant la course, c’était mon premier triathlon M, je n’ai jamais nagé 1500m d’affilé en eau libre, je ne sais pas trop où j’en suis niveau physique en ce moment, mais il faut se lancer !
Garmin Triathlon de ParisDebout à 5h20, un petit déj vite fait, et hop je prends la voiture pour aller la garer vers la tour Eiffel. De là je prend le RER C direction Choisy, arrivé sur place, il faut marcher une vingtaine de minutes jusqu’au parc, départ de la natation. J’arrive dans le parc à vélo à 8h, donc je ne suis pas super large (comme d’hab…) J’ai quand même le temps de prendre mon 2nd petit dej’, de m’habiller, de faire un passage aux stands…
Le départ est à 9h pile pour la première vague, ensuite les départs sont donnés au fur et à mesure par petits groupes. Je dois partir entre 9h05 et 9h10, je n’ai pas envie de traîner. L’eau est à 17,9 degrés, c’est pas très chaud mais ça va encore, avec la combinaison ça passe bien. Les premières minutes j’ai le souffle un peu court tout de même, donc je respire tous les 2 mouvements. Je me demande ce que je fais là quand même… Surtout que je commence à voir des algues de partout. Allez c’est parti, je nage tranquillement car la matinée va être longue quand même et il faut gérer. Je traverse assez vite le bassin dans sa longueur car la sortie de l’eau est à l’extrême opposé du bassin. Je me cogne sur quelques brasseurs sur le parcours ce qui me fait boire la tasse 2/3 fois… Le temps passe assez vite finalement. Arrivé à la sortie du bassin, je grimpe sur l’escalier, un ravito nous attend à la sortie de l’eau mais je ne m’arrête pas. J’appuie sur la touche lap de ma Fénix 3. Temps de natation 33 minutes, ça va je suis dans les temps, j’avais une référence de 35 minutes en piscine il y a 2 mois c’est tout, et là j’ai nagé 1560m :-/ Je me dirige vers mon vélo, je commence à enlever ma combinaison, je la mets dans le sac bleu, je mets mon casque et mes lunettes, mes chaussures et c’est parti pour le vélo.

La partie cycliste du Garmin triathlon de Paris

Direct à la sortie du parc à vélo, un concurrent devant moi casse un truc sur sa machine, on a failli tomber tous les 2… ça commence bien… La route est un peu humide et elle le deviendra de plus en plus en arrivant vers Paris. Je vois un petit groupe devant moi, je fais l’effort direct pour essayer de revenir sur eux, comme le drafting est autorisé, ce sera plus facile.
En fait avec quelques concurrents nous roulons ensemble, quelques uns roulent vraiment fort ! En arrivant sur les voies sur berges, nous sommes un bon groupe d’une petite dizaine de coureurs qui roulent bien. Je suis vigilant car je n’ai pas l’habitude de rouler si vite, la plupart du temps nous sommes à plus de 40km/h, j’ai un peu peur de le payer à pied. Et puis je me dis que je me sens bien,  je me fais plaisir à rouler comme ça, autant en profiter. Après le demi tour, nous sommes un gros groupe, à force de rattraper du monde, certains accrochent, et j’essaye de rester devant quand même car derrière ça roule un peu n’importe comment et j’ai peur de tomber. A l’arrivée du vélo, moyenne de 36.9km/h, je n’ai jamais fais ça de ma vie ! J’ai roulé un peu depuis le début de l’année mais surtout en spécifique, donc c’est cool, j’ai eu de bonnes sensations, mes plateaux Dual Oval ont bien dû m’aider, je ne vois pas d’autre explication. J’ai remonté 213 places durant la partie vélo. Dans l’aire de transition, je pose mon vélo, enlève mes chaussures de vélo et je mets mes Hoka Vanquish.

Le final : la course à pied

10km au pied de la tour Eiffel, quelle chance ! Je pars tranquillement, pas le choix de toute façon, il faut que le corps réapprenne à courir. 1er kilomètre en 4’44, en fait pas si lent, fais attention Fabien ! Je me dis que je vais gérer le 1er 5k et on verra après. Le 2ème 5km sera plus rapide de 50″, c’est cool j’ai bien géré ! Je cours ce 10km en 46′, pour la petite histoire, il y a un an j’avais couru à bloc les 10km de l’équipe en 45’25, encore une fois je suis satisfait du travail hivernal.

Garmin Triathlon de ParisA l’arrivée, une nuée de bénévoles super sympas, se jettent sur moi pour me donner ma médaille et mon t-shirt finisher, ensuite je me dirige vers le ravito, qui est vraiment bien équipé. La récupération des sacs, venus en camions depuis Choisy se fait vite, les jeunes Sapeurs Pompiers de Paris ont vraiment bien travaillé. Bravo et merci les gars !

Pour conclure, je termine ce Garmin triathlon de Paris en 2h35, à la 308ème place sur 1631 concurrents. 682ème temps en natation, 221ème temps à vélo et 308ème temps à pied. Une belle expérience, que je recommencerai sans doute et vite. Durant la préparation, j’ai apprécié faire autre chose que courir, et en plus cela m’a fait du bien physiquement et moralement. Sur le plan de l’organisation c’est presque parfait ! presque c’est à dire 99%, j’ai vraiment été impressionné par la fluidité tout au long de cette matinée.

Maintenant cap sur la montagn’hard (enfin la moin’hard) début juillet, en espérant me faire mal aux yeux autant qu’aux jambes !

2 commentaires

  1. king.calou (7 commentaires) le

    Félicitations ! impressionnant ta partie vélo! Moi j’étais dans les bénévoles aux pieds de la Tour Eiffel à la transition Vélo/Course et c’était très sympa à voir! ton résumé donne envie, malgré les conditions apocalyptiques de la veille ^^

  2. pxltri (5 commentaires) le

    Impressionné également par la partie vélo !! même si tu as du profiter du drafting 36,9 km/h, Bravo !! Le parcours est roulant ? Perso, Je plafonne à 29 de moyenne sur mes sorties de 40k…
    Le résumé donne envie d’y participer, l’an prochain ! La grande question sur Paris, c’est la qualité de l’eau… tu as bu la tasse et tu n’es pas mort donc à priori ça va . Elle n’est pas trop dégueu quand même ?

Laisser une réponse

%d blogueurs aiment cette page :